La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Une Faille « Hors-Sol »

Une Faille « Hors-Sol » - Critique sortie Théâtre Montreuil Nouveau Théâtre de Montreuil
Légende  : Flic et médecin, deux femmes ordinaires d'Une Faille. © Pierre Grosbois

Nouveau théâtre de Montreuil / Sophie Maurer / mes de Bruno Geslin

Publié le 24 janvier 2014 - N° 217

Saison 2 d’Une Faille, la série télé servie sur un plateau. Le concept imaginé par Mathieu Bauer est repris en main par Bruno Geslin. Une mouture nettement plus sombre.

Rappelons le principe d’Une Faille : créer au théâtre un feuilleton théâtral façon série télé, avec ses personnages récurrents, tirés de l’ordinaire, ses entrecroisements d’intrigues amoureuses, professionnelles et policières, parfois un peu politiques. Le but : tisser un rapport avec le spectateur qui se rapproche de celui de l’addiction que peuvent créer les séries télé, faire monter et entretenir l’impatience de découvrir ce que deviendront les personnages lors de l’épisode suivant. Dans cette expérience, l’intérêt vient aussi du fait de rapprocher deux esthétiques aux codes bien différents, ou encore, de bousculer les modes de production du théâtre avec une série au long cours, ou enfin, de tenter l’aventure d’une sorte de pop-théâtre. L’année dernière donc, huit épisodes d’Une Faille avaient été mis en scène par Mathieu Bauer, sous la plume de Sophie Maurer, aidée de deux scénaristes. L’auteur de ces lignes est venu en néophyte découvrir cette deuxième saison, pour laquelle le directeur du Nouveau Théâtre de Montreuil a remis les clés de la mise en scène à Bruno Geslin, avant de les confier à Pauline Bureau pour les épisodes suivants, sur le modèle de certaines séries télé également, où les réalisateurs changent à chaque saison.

Une véritable subversion

Un épisode pour raccrocher les wagons. Un autre pour rentrer dans le style de Geslin. Le moins que l’on puisse dire est que dès sa deuxième saison, le principe du feuilleton théâtral subit sous la patte de l’iconoclaste metteur en scène une véritable subversion. En effet, ce « Hors-sol » – sous-titre des deux épisodes – malmène grandement la promesse initiale d’un théâtre façon télé. Lumière et atmosphère sombres plutôt que netteté des événements, rebondissements de l’action relégués au profit de la lente évolution intérieure des personnages, dans une scénographie ingénieuse et belle qui fait se chevaucher les lieux, Bruno Geslin s’amuse visiblement à jouer avec la commande. Ici, on glisse habilement d’une atmosphère à l’autre, d’une chambre au quai de métro, de la juge au médecin et de la flic détraquée au politique dépressif. Mais c’est seulement en fin d’épisode 1 que les acteurs résument leur passé (et dans des discours qui s’enchevêtrent). Exeunt donc la dynamique narrative et l’identification aux personnages. Pour qui n’a pas suivi la première saison, il faut ramer pour s’attacher. L’action se déroule toujours à Montreuil, mais au découpage télévisuel qui cloisonne les trajectoires se substitue une scène en clair-obscur qui rassemble et mélange, au risque de confondre. L’esthétique est léchée, les effets sonores fins, les contrepoints vidéo intelligents et variés. Mais en entriste, subtil comme il l’est, Bruno Geslin a plus que transgressé le projet.

Eric Demey

 

Nouveau théâtre de Montreuil, salle Maria Casarès, 63 rue Victor Hugo, 93100 Montreuil. Jusqu’au 15 février. Lundi, mercredi, jeudi et samedi à 20h30, mardi et jeudi à 19h30, dimanche à 17h. Tél : 01 48 70 48 90.

A propos de l'événement

Une Faille « Hors-Sol »
du Jeudi 23 janvier 2014 au Samedi 15 février 2014
Nouveau Théâtre de Montreuil
salle Maria Casarès, 63 rue Victor Hugo, 93100 Montreuil.
Jusqu'au 15 février. Lundi, mercredi, jeudi et samedi à 20h30, mardi et jeudi à 19h30, dimanche à 17h. Tél : 01 48 70 48 90.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre