La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Agenda

The Lighthouse

The Lighthouse - Critique sortie Classique / Opéra Paris Athénée Théâtre Louis-Jouvet
The Lighthouse de Peter Maxwell Davies, un chef-d’œuvre lyrique du 20e siècle à l’Athénée. © DR

ATHENEE / NOUVELLE PRODUCTION

Publié le 25 mars 2017 - N° 253

Alain Patiès met en scène l’opéra de Peter Maxwell Davies, fascinant huis clos pour trois chanteurs et un ensemble de douze musiciens. Avec les chanteurs Christophe Crapez, Paul-Alexandre Dubois et Nathanaël Kahn et l’ensemble Ars Nova dirigé par Philippe Nahon.

Malgré sa brièveté – un peu plus d’une heure – l’opéra de Peter Maxwell Davies (1934-2016) est une œuvre violemment expressive, parmi les plus saisissantes du répertoire lyrique du 20e siècle. D’un ensemble de douze musiciens, le compositeur britannique sait faire un véritable orchestre. Rarement, même chez Britten, dont les opéras de chambre – et en particulier Le Tour d’écrou – sont une référence évidente, la part instrumentale s’est coulée aussi près du livret, que le compositeur a écrit lui-même avec la même concision que sa partition. Autant que les trois voix solistes, l’ensemble instrumental participe à l’action : musique éclatée d’abord, dans le prologue, portée par quelques instruments (la flûte, la clarinette, les percussions), qui tente avec peu d’indices de faire émerger la lumière sur la disparition mystérieuse des trois gardiens d’un phare perdu au large des Hébrides. Puis, à l’occasion d’un flashback, l’orchestre, presque naturaliste, joue le rôle des éléments, de la tempête. Si l’acte unique qui constitue le corps de l’opéra s’ouvre sur une scène d’affrontement lyrique digne de Puccini, Peter Maxwell Davies en fait dévier le cours musical et symbolique à travers les trois chansons des gardiens disparus, aux contours tonaux instables, véritable patchwork stylistique qui restera l’une des marques du compositeur dans ses opéras ultérieurs tels Mr. Emmet takes a walk (2000) et Kommilitonen ! (2011). Le finale, apothéose furieuse et apocalyptique, voit l’orchestre prendre de plus en plus de place, telle la peur qui vient à bout de la raison des protagonistes.

 

Jean-Guillaume Lebrun

A propos de l'événement

The Lighthouse
du Vendredi 21 avril 2017 au Vendredi 28 avril 2017
Athénée Théâtre Louis-Jouvet
Square de l'Opéra-Louis Jouvet, 75009 Paris, France

Les 21, 22, 27 et 28 avril à 20h, le 25 avril à 19h. Tél. : 01 53 05 19 19.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra