La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Terra Incognita

Terra Incognita - Critique sortie Théâtre Clichy-sous-Bois Théâtre Rutebeuf
Crédit photo : DR Légende photo : François Lazaro

Marionnettes
Théâtre Rutebeuf/ Clichy
ENTRETIEN
François Lazaro

Publié le 30 mars 2013 - N° 208

François Lazaro et ses invités dévoilent cet autre continent du théâtre dans un festival dédié aux écritures contemporaines de la marionnette.

Accroche : « La marionnette fait exploser les possibilités du théâtre ! »

Quelle est cette terre inconnue que le festival nous dévoile ?

François Lazaro : La marionnette bouleverse les modalités de la représentation théâtrale puisque les voix et les personnages ne sont pas incarnés par le corps humain mais par une marionnette, un objet. Elle induit une relation particulière du vivant à l’inerte et ouvre des perspectives autrement poétiques à l’interprétation. La matière, la forme, le mode de manipulation des poupées, qui diffèrent selon les techniques et les esthétiques, participent de la construction du sens et entrent en résonance avec le texte. Comme l’acteur, le marionnettiste doit faire advenir une présence et une existence, puisque les personnages de théâtre n’existent pas, mais il doit également posséder des talents d’illusionniste, c’est-à-dire maîtriser l’art de détourner le regard du spectateur du corps du comédien et de reporter des expressions sur l’effigie, forme inerte, pour donner l’impression qu’elle est dotée d’une vie autonome. En cela, la marionnette fait exploser les possibilités du théâtre !

En quoi ces recherches ont-elles contribué à élargir et renouveler le territoire de la marionnette et du théâtre ?

F. L. : Nombre de metteurs en scène appréhendent le plateau comme un système de signifiants et développent une écriture scénique qui intègre pleinement les objets, la scénographie, l’image, etc. Ces démarches tentent d’émanciper définitivement la représentation du naturalisme. Or les marionnettistes ont hérité d’une technique théâtrale qui consiste à faire parler l’immobile, à convoquer des totems, effigies, pour dire le monde. La distance entre l’interprète et le rôle, enjeu du travail de l’acteur, est de fait imposée par la distinction entre le marionnettiste et l’objet. Cette brèche entre la personne et le personnage est riche de sens. Enfin, les écritures de la marionnette sont multiples. Elles peuvent s’appuyer sur des textes de théâtre, comme ceux de Beckett ou de Novarina, autant que s’inventer à même le plateau en croisant l’image animée, la musique live, l’objet et la manipulation, à l’instar de Stéréoptik.

Comment avez-vous conçu la programmation de Terra Incognita ?

F. L. : Nous relions le savant et le populaire. Ce festival se veut un rendez-vous professionnel, axé sur les écritures de la marionnette, et invite des poètes, des interprètes, des metteurs en scène qui proposent une lecture du monde. Il veille également à irriguer le territoire et à toucher des gens qui ne fréquentent habituellement pas beaucoup les lieux culturels. Le festival cherche à sensibiliser les spectateurs à la richesse de cet art et préfigure l’ouverture, à Clichy, d’un lieu permanent de création et de fabrique dédié à la marionnette, qui accueillera des artistes en résidence et s’ouvrira au public. Il s’inscrit ainsi dans la continuité de notre action : le Clastic Théâtre est en effet soutenu par le ministère de la Culture pour la transmission sous la désignation de « Lieu Compagnonnage Marionnette ». Le programme croise de grands noms, tels Neville Tranter et son Stuffed Puppet Theatre, et des artistes que nous accompagnons depuis quelques années, par exemple Nicolas Gousseff avec Dormir, Guillaume Lecamus avec Le Journal d’Ulysse, Aurélia Ivan avec Au Dieu inconnu…. L’enjeu est de faire découvrir l’art de la marionnette dans sa diversité et de susciter l’étonnement, au-delà des clichés qui restent encore prégnants.

Entretien réalisé par Gwénola David

A propos de l'événement

Terra Incognita
du Mardi 16 avril 2013 au Samedi 20 avril 2013
Théâtre Rutebeuf
16/18 allée Léon Gambetta, 92110 Clichy
Du 16 au 20 avril 2013. Tél. : 01 47 15 98 50 et 01 47 15 98 51 (de 15h à 20h).
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre