La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien /Cirque

Terces de Johann Le Guillerm

Terces de Johann Le Guillerm - Critique sortie Théâtre Cherbourg-en-Cotentin sous chapiteau

Escapades d'Hiver/Conception Johann Le Guillerm

Publié le 4 décembre 2020 - N° 288

Après Secret (temps 2), Johann Le Guillerm créée l’acte 3 de la partie spectaculaire de son vaste projet Attraction. On y retrouve des figures familières, et on en découvre de nouvelles, qui nous plongent au cœur des recherches de l’artiste sur l’« espace des points de vue ».

Johann Le Guillerm : Le travail que je mène sur la piste depuis Secret a toujours cohabité avec d’autres chantiers qui participent de la même recherche autour d’une particule élémentaire : le point. Comme mes « Architextures », constructions mobiles et pérennes qui pénètrent les paysages, mes « Imperceptibles » qui sont des véhicules à vitesse et à énergies imperceptibles ou encore mon spectacle Le Pas Grand Chose où j’explique les principes de mon laboratoire, mes pièces sous chapiteau sont l’affirmation que le monde peut être réélaboré par soi-même pour ne pas le subir mais mieux l’éprouver, le penser, le vivre.

Le mot « terces » est l’anacycle – mot qui, lu dans le sens contraire, prend une autre signification – de « secret ». Comment prend-t-il la suite de Secret (temps 2) que vous n’avez cessé de jouer depuis sa création ?

J.L.G. : Comme l’ensemble des chantiers que je mène dans le cadre d’Attraction, mon spectacle sous chapiteau ne cesse d’évoluer. Je développe sans cesse de nouveaux numéros – j’en ai aujourd’hui une quarantaine –, ce qui me force à chaque mutation à en éliminer certains, et à réagencer l’ensemble. De Secret (temps 2) à Terces, la moitié du spectacle se renouvelle, un quart reste et le dernier quart revient de Secret.

« Je ne vois pas d’autres lieux que la piste aujourd’hui où expérimenter l’espace des points de vue. »

Vous défendez ainsi une conception singulière du temps, qui n’est pas linéaire mais circulaire. De même que votre appréhension de l’espace.

J.L.G. : En tant que « praticien de l’espace des points de vue », j’expérimente en effet une vision du monde à 365°. Grâce à mes propres outils d’observation, les « Imaginographes », je crée une somme de connaissances qui ne cessent d’évoluer au contact les unes des autres. C’est pourquoi j’apprécie de plus en plus de pouvoir présenter au même moment et au même endroit plusieurs chantiers d’Attraction. En se rencontrant, ils donnent souvent naissance à de nouvelles directions de recherche.

Bien qu’issu du cirque – vous avez été formé au CNAC –, vous ne vous revendiquez pas aujourd’hui de cette discipline. Pourquoi ?

J.L.G. : Lorsqu’on parle de cirque aujourd’hui, c’est pour désigner une imagerie collective et une liste de pratiques. Or pour moi, le cirque est un espace ouvert à tous types de pratiques à partir du moment où elles s’inscrivent sur une piste. Le circulaire induit une réflexion particulière, que de moins en moins d’artistes savent explorer. Je ne vois pas d’autres lieux que la piste aujourd’hui où expérimenter l’espace des points de vue, qui en tant que lieu de réunion, de carrefour d’expériences et de personnes diverses me semble aujourd’hui indispensable.

 

Propos recueillis par Anaïs Heluin

A propos de l'événement

Terces
du Mardi 15 décembre 2020 au Dimanche 20 décembre 2020
sous chapiteau
Place Jacques Demy

Dans le cadre d'Escapade d'Hiver, Cherbourg (56)

Du 15 au 20/12

les 15, 16, 18 et 19/12 à 19h / le 20/12 à 17h (off le 17/12). Tél :02 32 13 10 50. www.labreche.fr.


Également au Tandem à Douai du 08 au 13/01/21

les 8, 11 et 13/01 à 19h30 & les 9 et 12/01 à 19h (Off le 10/01)


 


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre