La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Tartuffe

Tartuffe - Critique sortie Théâtre Paris ATELIERS BERTHIER
Clotilde Hesme et Micha Lescot Crédit photo : Thierry Depagne

Ateliers Berthier/Odéon – Théâtre de l’Europe / Molière / Mise en scène Luc Bondy

Publié le 2 avril 2014 - N° 219

Luc Bondy marie la mise en scène de son adaptation allemande de la pièce et le texte original. L’union n’est pas encore heureuse…

Chaque metteur en scène taille dans l’étoffe de la pièce de Molière pour y dessiner un Tartuffe à sa vision. Pourquoi Orgon, père de famille cossu, se laisse-t-il gouverner par un faux dévot, ami de quelques semaines seulement, jusqu’à aigrir sa tranquille piété et frapper les siens de ses toquades autoritaires. Pourquoi l’imposteur le fascine-t-il au point de lui donner sa fille et la pleine possession de ses biens ? Tout le génie de cette rude comédie tient sans doute dans la sombre épaisseur des points d’interrogation qui ouvrent tant et tant de possibles qu’ils s’offrent en résonance aux questionnements intimes aussi bien qu’aux troubles de l’époque. Séducteur, manipulateur lui-même manipulé par ses désirs, Tartuffe maîtrise le verbe mais succombe aux tentations de la chair. Habile prédicateur en contre-attaque, il use de toutes les ruses, hypocrisie comprise, pour gagner sa fortune. Sa force est d’accueillir les projections que chacun jette sur lui : il est l’intrus qui révèle les failles de cette famille bourgeoise, où se heurtent deux conceptions de la vie, entre ceux qui brandissent à toute heure la menace toxique du libertinage sur les âmes et ceux qui dénoncent les faux-monnayeurs en dévotion et clament le droit aux simples plaisirs de l’existence.

Insaisissable Tartuffe

L’obscurantisme religieux, l’homosexualité refoulée, la rébellion contre la domination féminine sur la maisonnée, l’aspiration spirituelle comme revers des obsessions matérialistes, les simagrées du jeu social…. ont ainsi tout à tour façonné la silhouette de Tartuffe. Qu’en est-il dans la version de Luc Bondy ? A dire vrai, le tracé paraît encore bien confus. Le directeur de l’Odéon revendique certes de ne pas « surajouter une énième interprétation ». Il reprend la mise en scène et la scénographie d’une adaptation en Allemand qu’il créa au printemps 2013 tout en revenant au texte original en français. La langue de Molière semble ici plaquée sur une dramaturgie et une esthétique qui content leur propre histoire, si pesamment qu’elle en perd sa piquante vivacité, s’empâte. Les acteurs peinent d’ailleurs encore à s’accorder et à trouver la juste note dans cette assemblage. Certes, Clotilde Hesme, Elmire vaporeuse et séduisante bourgeoise, et Micha Lescot, Tartuffe inquiétant mais sans ambiguïté, déploient leur savoir-faire. Reste que l’ensemble manque de cohérence. Peut-être l’union trouvera-t-elle sa raison avec le temps…

Gwénola David

A propos de l'événement

Tartuffe
du Mercredi 26 mars 2014 au Vendredi 6 juin 2014
ATELIERS BERTHIER
1 Rue André Suares, 75017 Paris, France

Du 26 Mars au 06 Juin Tél. : 01 44 85 40 40. Durée : 1h55.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre