La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Straight de Guillaume Poix, mise en scène de Sylvie Mongin Algan

Straight de Guillaume Poix, mise en scène de Sylvie Mongin Algan - Critique sortie Théâtre Lyon NTH8 - Nouveau Théâtre du Huitième
La metteuse en scène Sylvie Mongin Algan. Crédit : Maelys Meyer

de Guillaume Poix / mes Sylvie Mongin Algan

Publié le 16 décembre 2020 - N° 289

Straight nous transporte dans l’Afrique du Sud de 2011. Là, au sein de cette « nation arc-en-ciel » ayant autorisé le mariage entre personnes du même sexe dès 2006, les femmes homosexuelles continuent d’être victimes d’une pratique endémique : le viol collectif. Poursuivant son engagement militant en faveur des luttes féministes, Sylvie Mongin Algan met en scène cette pièce de Guillaume Poix au NTH8, à Lyon.

Comment avez-vous découvert l’œuvre de Guillaume Poix ?

Sylvie Mongin Algan : Grâce au comité de lecture des Journées de Lyon des auteurs de théâtre qui a primé Straight, la première pièce de cet auteur, alors qu’il était encore étudiant à l’ENSATT (ndlr, École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre, basée à Lyon). Depuis, j’ai eu l’occasion de lire d’autres de ses textes. Ce qui me plaît beaucoup dans son œuvre, c’est qu’elle est en prise avec le monde. Pour Guillaume Poix, le théâtre doit être un lieu qui s’empare des luttes de notre époque.

«Pour Guillaume Poix, le théâtre doit être un lieu qui s’empare des luttes de notre époque. »

C’est le cas de Straight ?

S. M. A. : Oui, cette pièce tisse trois récits qui se déroulent en 2011, en Afrique du Sud. Il y a d’abord, à travers des extraits de textes législatifs, l’histoire de l’évolution de la constitution et de la loi dans ce pays depuis l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela. La question de l’égalité juridique des droits est déjà résolue lorsque commence la pièce, aussi bien du point de vue racial que du point de vue de l’orientation sexuelle, puisque le mariage pour tous a été adopté en Afrique du Sud en 2006. Pourtant, la pratique endémique des viols collectifs perpétrés envers des femmes homosexuelles persiste, viols commis dans le but de remettre ces femmes dans le droit chemin… Le deuxième récit de Straight raconte l’histoire d’un procès mettant en accusation des auteurs de ces viols. Enfin, dans une troisième séquence, Guillaume Poix convoque la mémoire individuelle de nombreuses victimes, non seulement violées, mais également assassinées.

Comment vous emparez-vous de cette écriture ?

S. M. A. : J’ai voulu faire en sorte que l’Afrique du Sud soit très présente visuellement sur le plateau, notamment à travers des vidéos. Par ailleurs, Straight parle de la façon dont la génération de Guillaume Poix (ndlr, né en 1986) désire s’emparer et parler du monde d’aujourd’hui. J’ai donc choisi d’inviter cette génération sur scène par le biais d’une distribution de douze jeunes actrices et acteurs, dix d’entre eux faisant partie du dispositif compagnonnage-théâtre (ndlr, dispositif d’emploi et de formation au métier de comédien d’une durée de 2 ans créé, en 1997, à Lyon). Au sein d’une scénographie trifrontale qui les place au milieu du public, ces interprètes constituent un chœur d’acteurs. Un chœur qui s’empare des récits et des victoires qui traversent la pièce afin que, chaque soir, le théâtre devienne un lieu de débat et de réflexion collective avec les spectateurs.

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Straight de Guillaume Poix, mise en scène de Sylvie Mongin Algan
du Jeudi 14 janvier 2021 au Mardi 2 février 2021
NTH8 - Nouveau Théâtre du Huitième
22 rue du Commandant Pegout, 69008 Lyon

Les 14 et 15 janvier, ainsi que les 1er et 2 février 2020 à 19h ; les 16, 23 et 31 janvier à 17h. Durée de la représentation : 1h50. Tél. : 04 78 78 33 30. www.nth8.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre