La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique /reprise

Short Stories de Raymond Carver, adaptation et mise en scène de Sylvain Maurice

Short Stories de Raymond Carver, adaptation et mise en scène de Sylvain Maurice - Critique sortie Théâtre Sartrouville Théâtre de Sartrouville et des Yvelines - Centre Dramatique National.
© Christophe Raynaud de Lage Short Stories

Théâtre de Sartrouville et des Yvelines /Adaptation et mise en scène de Sylvain Maurice

Publié le 26 mai 2021 - N° 290

Sylvain Maurice et les siens s’emparent de six nouvelles du maître du genre Raymond Carver (1938-1988) et proposent une adaptation théâtrale de haut vol, qui réussit la prouesse d’allier subtilement légèreté et profondeur. Un bijou !   

Short Stories

 « J’aime le bond souple et rapide d’une histoire courte, l’excitation qui naît dès la première phrase, le sentiment de beauté mystérieuse qui s’en dégage. » remarque Raymond Carver, figure d’un genre littéraire qui atteint des sommets dans les écritures anglo-saxonnes. Tranchantes, surprenantes, trouées de non-dits, ses nouvelles d’une précision chirurgicale conjuguent réalisme et étrangeté dans des univers disparates, souvent empreints d’une menace diffuse. Celles qu’a choisies Sylvain Maurice – Obèse, Parlez-moi d’amour, Voisins de palier, L’Aspiration, Vous êtes docteur ? et Une petite douceur – évoquent la thématique de l’amour à travers des couples en crise, pour une foule de raisons différentes. Son adaptation théâtrale impressionne par sa maîtrise, sa qualité de jeu mais aussi par sa sensibilité. Elle laisse voir en effet toute l’ironie du texte qui laisse plus ou moins deviner ce qui fait mal, mais se ne laisse pas guider par le cynisme. Il a ainsi voulu s’éloigner du propos du film de Robert Altman Short Cuts (excellent !), qui s’attache à la critique sociale éclairant les laissés-pour-compte du Rêve américain, pour privilégier une dimension intime, plus universelle, plus poétique aussi.

Des « petites miettes de nos êtres »…

Le principal outil scénographique est un rideau de théâtre aux couleurs changeantes : le théâtre se fabrique à vue et ne s’installe pas dans le confort d’un apparent réalisme. De manière remarquable, le jeu est central, dans un équilibre impeccablement rythmé entre récit adressé au public et incarnation, entre distance et empathie, entre ce qui est dit ou montré et ce qui se trame sous la surface de la conscience au cœur des névroses. Entre infinie tristesse et tenace légèreté de la condition humaine. Sylvain Maurice évoque un jeu « cubiste », aux points de vue multiples, aux échos et résonnances plus ou moins souterrains. Certaines répliques frappent par leurs implications. Exemple saisissant : ce représentant de commerce vantant son aspirateur si utile contre des « infimes parcelles de nous-mêmes, (…) des « petites miettes de nos êtres » qui s’incrustent dans les tissus ! Ce que réussissent Sylvain Maurice et les siens, c’est aussi de maintenir de très belle façon dans chacune des nouvelles (à l’exception de la dernière particulièrement tragique) une vitalité épatante et un humour piquant, alors même que la tristesse pourrait avoir le dessus. Les pouvoirs de la musique, toujours très présente dans les mises en scène de Sylvain Maurice, agissent ici pleinement, dans une atmosphère de cabaret minimaliste et élégant. Dayan Koralic a composé une musique originale qu’il interprète sur scène en compagnie de deux musiciens, en parfaite synergie avec les excellents comédiens et comédiennes Anne Cantineau, Rodolphe Congé, Jocelyne Desverchère et Pierre-Félix Gravière. L’ensemble parfaitement orchestré laisse voir toute la fragilité des êtres, la possibilité de tricher mais aussi de guérir du malheur. C’est somme toute l’une des finalités de l’art que de pouvoir ainsi transcender le désespoir. Espérons que cette pièce pourra prochainement rencontrer son public ; lors de cette représentation destinée aux professionnels, toute l’équipe était émue de reprendre le chemin du plateau. Dans l’attente de voir selon les exigences sanitaires les gradins enfin se remplir, pour le bonheur essentiel des artistes comme des spectateurs.

Agnès Santi

 

A propos de l'événement

Short Stories
du Jeudi 24 juin 2021 au Samedi 3 juillet 2021
Théâtre de Sartrouville et des Yvelines - Centre Dramatique National.
Place Jacques Brel, 78500 Sartrouville

Renseignements : 01 30 86 77 79


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre