La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Sacrifices

Sacrifices - Critique sortie Théâtre
Le désir de vivre libre de la comédienne Nouara Naghouche

Publié le 10 mars 2009

Un one woman show de Nouara Naghouche dont le verbe gouailleur mâtiné d’humour rêche, ébranle notamment l’arrogance masculine musulmane face à la femme trop souvent abusée.

Nouara Naghouche est une jeune femme « issue de l’immigration », qui a grandi dans un quartier pauvre de Colmar, ville riche alsacienne. Dans ce contexte socio-économique fissuré, le regard porté sur les autres et sur soi exige du recul. Forte d’une conviction instinctive, la comédienne jongle à satiété avec la moquerie, l’ironie et la douleur. Jogging et capuche, elle investit le plateau de sa présence ronde et joyeuse, de sa parole résolument « banlieue » au registre plutôt vulgaire et savoureux, propre à sa génération pressée, dansant et mimant les siens pour lesquels sa tendresse est réelle. La rencontre entre les communautés maghrébine et alsacienne, quand la pauvreté sévit, provoque des feux d’artifice. D’un côté le racisme des gens du cru, pour lesquels le RMI signifie le Revenu Minimum Islamiste, de l’autre, le machisme des maghrébins mâles face à leurs femmes, mères, épouses, filles et soeurs. Heureusement, des associations comme « Elles ont des ailes » de la très bourgeoise Marie-France, prennent en main avec plus ou moins d’adresse les relations humaines du quartier. Nouara est encouragée à manifester son talent et à faire un numéro de scène : elle se « dévoile » en racontant son histoire de fille mariée de force à un homme qu’elle n’aime pas.

Avec la violence d’un humour décapant, elle dénonce la soumission

Insultée par son frère, elle est menacée : « Je vais te faire passer l’envie de te comporter comme une Française…C’est mon nom que tu déshonores…Je te jure si tu le divorces… Je te tue. » Nouara Naghouche a co-écrit Sacrifices avec Pierre Guillois, directeur du théâtre du Peuple de Bussang, le metteur en scène de ce spectacle audacieux et insolite. La comédienne a le mérite de parler du statut de la femme réduit au rôle de mère d’une grande partie de l’Asie, de l’Afrique et de la majorité du monde musulman. Avec la violence d’un humour décapant, elle dénonce la soumission au mari, la prétendue garantie d’une maternité heureuse, sa force et sa grâce. Si l’épouse exige d’autres valeurs personnelles, c’est une écervelée ou une diablesse. L’engagement féministe dans ce contexte difficile est dangereux, et la polygamie, une coutume légale inconnue en Europe, provoque des drames. Nouara condamne cet esprit de sacrifice  – abnégation, dévouement et goût du renoncement. Un hymne à toutes celles qui, n’ayant plus peur, ne s’effacent plus. Chapeau !

Véronique Hotte


Sacrifices
De Nouara Naghouche, co-écrit et mis en scène par Pierre Guillois, du 10 mars au 11 avril 2009 à 18h30, relâche le lundi et le 15 mars au Théâtre du Rond-Point 2bis avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris Tél : 01 44 95 98 21 www.theatreduronpoint.fr

Spectacle vu au Théâtre de la Manufacture de Colmar

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre