La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Entretien / François Le Pillouër

Pour un plan de relance des arts et de la culture

Pour un plan de relance des arts et de la culture - Critique sortie Avignon / 2010

Publié le 10 juillet 2008

François Le Pillouër, directeur du Syndeac, Syndicat National des Entreprises Artsitiques et Culturelles, et du Théâtre national de Bretagne, a participé activement aux Entretiens de Valois. Il donne son point de vue sur les réformes à entreprendre.

Le ministère de la Culture et de la Communication affiche chaque année un budget en augmentation, alors que vous dénoncez un désengagement de l’Etat. Que dit votre analyse des chiffres ?
François Le Pillouër : La hausse affichée en euros courants masque en réalité une diminution en termes nets. D’une part, la non indexation du budget de l’Etat a rongé les budgets réels. Entre 1993 et 2008, l’érosion atteint 450 millions d’euros, à périmètre constant. Or, le ministère a vu au fil du temps son champ d’intervention s’élargir, ce qui augmente le budget géré mais pas les moyens. D’autre part, le spectacle vivant subit un renchérissement de ses charges, dû, entres autres, au doublement des cotisations Assedic, à la signature de conventions collectives, à l’augmentation des coûts d’autres secteurs tels que la restauration ou le transport. De fait, les capacités artistiques des structures, petites et grosses, ont fondu. Cette situation, qui menace l’activité d’un secteur aujourd’hui dynamique, foisonnant, créatif, ouvert sur l’international, appelle un vrai plan de relance et développement, et non une cure d’austérité, qui, de toute façon, ne règlera pas le problème de la dette de la France, mais affaiblira les arts et la culture à coup sûr. Quant à l’argument « il n’y a pas d’argent »… la baisse du taux de TVA consentie aux restaurateurs représente le budget de la culture !

« Les réformes ne peuvent s’inscrire que dans un effort budgétaire, afin de poursuivre l’objectif de démocratisation, qui contrairement aux affirmations, a donné des résultats. »

Pourquoi ce plan de relance est-il capital ?
Les réformes ne peuvent s’inscrire que dans un effort budgétaire, afin de poursuivre l’objectif de démocratisation, qui contrairement aux affirmations, a donné des résultats au regard des subventions allouées, afin d’augmenter les capacités artistiques des structures, de développer l’emploi d’artistes et de techniciens dans les théâtres sur une longue durée, de restaurer la qualité et la quantité de travail. L’érosion des moyens se traduit en effet par une diminution des périodes de répétition, une baisse des salaires des interprètes, un appauvrissement des scénographies et la disparition progressive de nombreux métiers liés à la scène. Enfin, du fait de la crise et des incertitudes, les théâtres se montrent très prudents dans leur programmation, ce qui grève la diffusion.

Quelles sont les réformes prioritaires selon vous ?
Tout d’abord, le vote d’une loi d’orientation, qui établisse l’importance pour la France des arts et de la culture, qui définisse le rôle de l’Etat et des collectivités et qui rappelle la place de l’artiste dans la société, avec ses droits et ses devoirs. Ensuite, le vote d’une loi de programmation qui détermine les moyens afférents. Parmi les mesures à mettre en œuvre, figure la réforme du réseau, non pas par la simple suppression des labels, mais par la révision des missions. L’effort financier permettrait l’ouverture aux différentes disciplines, aussi bien le théâtre, la danse, la musique, que le cirque ou les arts de la rue, le développement des séries, les actions d’éducation artistique, l’association de compagnies ou d’ensembles accueillis en résidence. Figurent également la création d’un organisme unique pour la promotion de la diffusion en France et à l’étranger, le renforcement de la présence française à l’international, grâce au réseau culturel extérieur, et une plus grande participation dans la définition d’une politique artistique européenne.

Entretien réalisé par Gwénola David

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes