La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Entretien / Maud Le Pladec

Poetry

Poetry - Critique sortie Danse Paris Théâtre national de Chaillot
Crédit : Caroline Ablain Légende : Maud Le Pladec, Julien Gallée-Ferré et Tom Pauwels dans Poetry.

Chor. Maud Le Pladec / mus. Fausto Romitelli, Tom Pauwels

Publié le 20 mai 2016 - N° 243

Révélation actuelle de la danse contemporaine, Maud Le Pladec présente Poetry, une pièce qui fait corps avec la musique de Fausto Romitelli et Tom Pauwels.

Vous avez appelé cette pièce Poetry. Pourquoi ?

Maud Le Pladec : Tout simplement parce que j’articulais ce projet en fonction du rythme, de la musique et de la poésie sonore. Je me suis intéressée à Luigi Russolo (peintre, compositeur, père de la musique bruitiste, NDLR), aux premiers dadaïstes. La dimension poétique apparaissait dans la répétition de mots qui perdaient ainsi de leur sens. Cela a été une référence parmi tant d’autres. Pour moi, ce titre est aussi une référence à la transcendance, car nous nous élevons dans cette pièce. Au début, nous sommes assis, Tom Pauwels joue des motifs que l’on imite avec nos gestes dansés. Puis le dispositif se met en route et nous décale. Donc nous partons de choses concrètes pour aller vers une abstraction.

Qu’est-ce qui vous a poussée à créer un duo où le musicien compositeur Tom Pauwels est placé entre vous deux ?

M. L. P. : J’avais envie de continuer à collaborer avec Tom Pauwels et d’être sur scène. C’est la seule pièce que j’ai chorégraphiée dans laquelle je danse. J’ai choisi Julien Gallée-Ferré car ça fait douze ans que nous dansons ensemble dans les pièces des autres. Et Poetry est vraiment co-dansée, co-pensée. Nous avons travaillé comme un petit collectif.

« Nous avons travaillé comme un petit collectif. »

La musique est signée Fausto Romitelli, mais aussi Tom Pauwels…

M. L. P. : Tom est LA personne qui peut interpréter Trash TV Dance de Fausto Romitelli dans toutes ses nuances. Je lui ai également passé commande pour compléter la pièce, car la partition ne dure que douze minutes. Donc Tom a composé les quarante-cinq autres minutes à partir des intentions, des textures de Romitelli, mais aussi de la chorégraphie.

Il y a aussi un dispositif très particulier dans cette pièce car vous n’entendez pas ce qui est joué au plateau. Pouvez-vous nous en parler ?

M. L. P. : Nous avons des oreillettes. La musique que l’on entend sur le plateau n’est pas celle qui régit la danse. Mais nous nous en servons pour imaginer des rassemblements, des relations, des moments d’ensemble alors que nous ne nous regardons pas. Cela demande des dispositifs techniques assez complexes. Nos pas sont guidés par une partition de rythmes, de sonorités, de mots, de contraintes qui proposent un rapport à la musique différent. Mais de temps en temps, nous entendons Tom. En fait, nous avons un paramètre commun aux deux partitions : c’est le temps !

Et au niveau de la scénographie ?

M. L. P. : La musique est au centre et la scénographie le traduit physiquement. La lumière est également très importante. Elle décline toutes les couleurs de l’arc-en-ciel qui sont contenues dans le blanc. Ces états lumineux passent très lentement de l’un à l’autre. Ça donne une drôle de sensation. Notamment sur ma robe à pois qui se métamorphose sous l’effet de la lumière, de la texture du tissu et du mouvement. Dans chacune de mes pièces, il y une recherche intense de la part de tous mes collaborateurs, que ce soit les éclairages de Sylvie Mélis ou les costumes d’Alexandra Bertaut.

Etre programmée à Chaillot, c’est une étape importante pour vous ?

M. L. P. : Je suis sincèrement très heureuse que Didier Deschamps ait choisi cette pièce, qui n’est ni la plus récente, ni la plus facile, pour la présenter au Théâtre National de Chaillot.

 

Propos recueillis par Agnès Izrine

A propos de l'événement

Poetry
du Mercredi 25 mai 2016 au Mercredi 1 juin 2016
Théâtre national de Chaillot
1 Place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75016 Paris, France

Mer. 25 mai, ven. 27 mai, mar. 31 mai, merc. 1er juin à  20h45. Jeu. 26 mai et 1er juin à 19h45. Salle Maurice Béjart. Tél. : 01 53 65 30 00. http://theatre-chaillot.fr Durée 50 min


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse