La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Perturbation

Perturbation - Critique sortie Théâtre Paris la colline
Perturbation, de Thomas Bernhard, mis en scène par Krystian Lupa. Crédit Photo : Elisabeth Carecchio

Critique
La Colline – Théâtre national / d’après Thomas Bernhard / mes Krystian Lupa

Publié le 28 septembre 2013 - N° 213

Après une première création française en demi-teinte(1), Krystian Lupa revient en force au Théâtre de la Colline avec une nouvelle troupe de comédiens hexagonaux. Il signe une mise en scène passionnante de Perturbation, roman initiatique de Thomas Bernhard.

 

On sort de ces presque 5 heures de spectacle comme lessivés. Non écrasés ou vidés, certainement pas abattus, dans un état tenant à la fois de l’éveil et de l’étourdissement : nourris et retournés, comme déséquilibrés par la matière théâtrale imposante à laquelle ont donné corps, sous la direction de Krystian Lupa (qui signe la scénographie et les lumières), les comédiens John Arnold, Thierry Bosc, Valérie Dréville, Jean-Charles Dumay, Pierre-François Garel, Lola Riccaboni, Mélodie Richard, Matthieu Sampeur, Anne Sée et Grégoire Tachnakian. Cette matière – protéiforme, organique – suit les courbes et les élans du « processus impétueux »(2) qui a amené, une fois de plus, le grand metteur en scène polonais à faire naître une œuvre théâtrale à partir d’une œuvre littéraire. Impétueuse, la représentation qui en résulte l’est également. Ample et complexe. Débordante. Profondément vivante. Tout comme le roman(3) de l’écrivain autrichien Thomas Bernhard à partir duquel elle a surgi.

 

Du grand art

 

Juxtaposant et enchevêtrant plusieurs réalités scéniques – jeu, vidéo, voix off narrative, mises en abyme… – Krystian Lupa construit une mosaïque dramatique à travers laquelle nous suivons la tournée d’un médecin de campagne autrichien accompagné de son fils. De maison en maison, de chambre en chambre, c’est l’humanité telle qu’elle est qui s’ouvre à nous : avec ses troubles, ses maux, ses plaies à l’âme, ses désordres physiques et psychiques. Investie par une distribution éclatante, Perturbation fait vibrer les désordres de ces perspectives existentielles. On retrouve ici, la noirceur, la lucidité, l’humour grinçant de Thomas Bernhard. On retrouve aussi cette forme de démesure, de profusion qui bouleverse nos repères, nous parle au-delà des mots, au-delà des scènes. Krystian Lupa fait jaillir sur le plateau la matière et le mystère même de la vie. Il nous happe et nous subjugue. Du grand art.

 

Manuel Piolat Soleymat

 

(1) Salle d’attente, janvier 2012

(2) Entretiens avec Michel Archimbaud, Centre national du Théâtre (1999), Riveneuve éditions (2012)

(3) Perturbation, Gallimard (1989)

A propos de l'événement

du Vendredi 27 septembre 2013 au Jeudi 14 novembre 2013
la colline
15 rue Malte-Brun, 75020 Paris
Du 27 septembre au 25 octobre 2013. Du mardi au samedi à 19h30, le dimanche à 15h30. Durée de la représentation : 4h55 (avec 2 entractes). Dans le cadre du Festival d’Automne à Paris. Tél. : 01 44 62 52 52. www.colline.fr   Egalement les 13 et 14 novembre 2013 à la Comédie de Clermont-Ferrand, les 18 et 19 novembre à la Scène nationale de Petit-Quevilly dans le cadre du festival Automne en Normandie, le 22 novembre à L'apostrophe à Cergy-Pontoise, du 3 au 7 décembre au Théâtre des Célestins à Lyon, les 18 et 19 décembre au Centre dramatique national d’Orléans.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre