La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

Périphérique

Périphérique - Critique sortie Théâtre Cergy-Pontoise L’apostrophe Scène Nationale de Cergy-Pontoise et du Val-d’Oise
L’oublié(e), de Raphaëlle Boitel : un voyage dans un monde parallèle. Crédit photo : Vincent Beaume

L’apostrophe / Théâtre Paul Eluard / Ville de Gonesse
Festival

Publié le 19 décembre 2013 - N° 216

En une douzaine de spectacles, la 10e édition du festival des « arts mêlés » montre un riche panel de la création contemporaine indisciplinée.

Et hop ! Avec douce insolence, les arts se mêlent et s’emmêlent en toute impudence, cavalent hors champs et fricotent joyeusement aux lisières des frontières disciplinaires pour engendrer de drôles d’hybrides scéniques. Sous leurs atours affables, un peu provocs, un rien potaches, ils attaquent souvent à l’acide ironique la surface vitrifiée du quotidien, encrassée, à force, par le vernis des complaisances et autres badigeons vainement divertissants qui voudraient bien camoufler le malaise de la société. Ainsi Des chiens de Navarre, collectif sous la houlette de Jean-Christophe Meurisse, qui mord avec désopilante et cruelle acuité les méthodes de management et de recherche d’emploi. Ou bien de Philippe Quesne, qui, avec L’Effet de Serge, pioche dans le bréviaire des gestes ordinaires et en tire matière à faufiler des rêves, c’est-à-dire de petits bricolages d’artiste…

Un art vivant

 D’autres s’amusent visiblement à ébouriffer les classiques pour leur fouetter le sang et leur rendre toutes leurs couleurs. Tels le musicien Fabien Tehericsen, qui, avec une fine équipe de jazzmen, parcourt l’œuvre de Beethoven à sa manière, c’est-à-dire libre, ou bien Laurent Gutmann, qui accommode le Petit Poucet aux modes de vie d’aujourd’hui. C’est à la traditionnelle mathématique que s’en prend Le t de n-1 pour lui faire avouer la poésie des choses, alors même que Jeanne Mordoj coupe les poils en quatre dans un éloge qui défie l’imagination et les convenances. « Il ne s’agit pas de réaliser l’impossible, mais de puiser le possible » résume la chorégraphe Maguy Marin, qui ouvre cette 10e édition avec Umwelt, un pur chef-d’œuvre. Ces quelques exemples piqués dans une programmation riche et bien charpentée montrent toute la vitalité des arts qui s’inventent dans les marges, donc à la périphérie.

Gwénola David

A propos de l'événement

Périphérique
du Mardi 7 janvier 2014 au Lundi 17 février 2014
L’apostrophe Scène Nationale de Cergy-Pontoise et du Val-d’Oise
95027 Cergy-Pontoise Cedex
L’apostrophe, tél. : 01 34 20 14 14, Théâtre Paul Eluard de Bezons, tél. : 01 34 10 20 20, et Ville de Gonesse, tél. : 01 34 45 97 60. Du 7 janvier au 17 février 2014.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre