La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Omar Porras / Répertoire et transmission

Omar Porras / Répertoire et transmission - Critique sortie Théâtre Renens TKM - Théâtre Kléber-Méleau
Crédit photo : Mario del Curto

Entretien/Théâtre Kleber-Méleau/Théâtre 71

Publié le 21 septembre 2015 - N° 236

En juin 2014, les autorités vaudoises ont nommé Omar Porras à la direction du Théâtre Kléber-Méleau. Il a pris ses fonctions le 1er juillet 2015 et signe la saison 2015-2016, pour un théâtre de textes et de création, ancré dans une région dynamique en pleine transformation.

« J’espère ne pas devenir un intendant et rester un artiste qui a un outil à partager. »

Dans quel état d’esprit vous installez-vous à la direction du Théâtre Kléber-Méleau ?

Omar Porras : J’espère ne pas devenir un intendant et rester un artiste qui a un outil à partager avec des créateurs passionnés et respectueux de ce temple de l’art dramatique. Je prends en main un lieu qui est un lieu de mémoire, de création et d’avenir. Je dirige une institution pour la première fois : je crois important de faire preuve de reconnaissance et de respect pour les bâtisseurs et les anciens, afin d’orienter l’avenir à partir de cela. Philippe Mentha a mis en place, dans cette usine à gaz désaffectée, un projet utopique, devenu après trente-six ans une institution importante dans la région. Ce projet a été marqué par une manière de vivre le théâtre qui m’est chère : à l’intérieur de cette ancienne usine, un théâtre taillé et tissé avec grand soin par des artistes et des artisans, dont on sent l’amour avec lequel il l’ont fabriqué dans chaque siège, chaque poutre, chaque perche. Cette dimension artisanale fait aussi partie de mon projet : ce qui se passe sur scène ne se passe pas sans ces gardiens-guerriers que sont les techniciens, constructeurs de ses effets. C’est pour moi un grand honneur d’être le successeur et l’héritier de cette pensée. Le jour où je partirai, je veux pouvoir rendre à la génération suivante un outil encore embelli, richesse du patrimoine culturel d’une région en voie de développement, en banlieue de Lausanne.

Vous insistez sur cet enracinement régional…

O. P. : Lausanne s’agrandit aujourd’hui vers l’ouest. C’est tout un continent qui s’ouvre. Mon projet est de rendre ce théâtre accessible au public que constituent les habitants de cette région extrêmement intéressante et hélas inconnue. Au cœur de cette région ouest, Renens ; dans cette ville, il y a une extraordinaire rencontre des cultures : on y parle cent vingt langues ! Quelle chance, quel honneur d’être quelqu’un qui vient d’ailleurs et apporte un accent nouveau dans ce théâtre ! La région compte d’importantes structures théâtrales. Je veux aussi tisser des liens avec elles, mais je veux que nous avancions ensemble autour d’une vraie nécessité. Il ne s’agit pas de lancer un projet pour faire semblant d’être associé : il faut que ce projet vienne de la pratique. S’associer aux autres, c’est aussi donner sa chance à ce lieu pour qu’il crée sa propre identité. Et cette identité, fondée sur la transmission, se constitue sur le répertoire : transmission et répertoire sont liés. Je vais établir des liens pour que le Théâtre Kléber-Méleau ne soit pas seulement un théâtre régional en faisant en sorte que son public potentiel, riche de toutes les cultures du monde, voit qu’il lui appartient. Que des Syriens, des Afghans, des Péruviens, des Chinois viennent entendre Pirandello, Calderón, Marlowe, Shakespeare, Euripide qui font partie de leur patrimoine et de la culture universelle !

Pourquoi insister autant sur la notion de transmission ?

O. P. : Je me suis formé dans la pratique, je suis autodidacte. J’ai eu la chance de travailler avec des grands maîtres qui m’ont inspiré. Le théâtre n’est pas seulement le centre de production d’un spectacle. Le théâtre est autre chose. C’est un travail d’équipe, et la notion de troupe est fondamentale. Le théâtre est fait par une armée entière. Ariane Mnouchkine, qui m’inspire beaucoup et à qui je rends toujours hommage, vient de célébrer les cinquante ans de sa troupe. C’est un modèle pour nous tous, et j’aime à penser que les spectateurs appellent le Théâtre Kléber-Méleau la petite Cartoucherie de l’Ouest lausannois !

Comment mettre en place cette transmission ?

O. P. : D’abord avec la reprise de La Visite de la vieille dame, sorte de manifeste du théâtre romand, que j’ai mis en scène la première fois il y a vingt-deux ans et que je reprends pour ouvrir la saison, avant que le spectacle ne tourne encore, en particulier à Malakoff en janvier. Les acteurs de ce spectacle vont parrainer les élèves des Teintureries : pendant leur dernière année de formation, les élèves vont vivre au théâtre. C’est aussi pour cela que j’ai demandé à Odile Cornuz, auteure en résidence, de vivre dans le théâtre pour qu’il lui inspire des sujets sur lesquels travailler. Cet apport pratique sera complété théoriquement par Brigitte Prost, maître de conférences à l’Université européenne de Bretagne, avec des séminaires autour des œuvres programmées, ainsi que par des master classes. Mais nous voulons mener plus loin encore la pédagogie en installant une troupe d’amateurs au cœur de ce théâtre, pour trouver les conditions d’un vrai dialogue sincère avec les amateurs. Plus généralement, nous avons la mission d’accompagner les artistes : ainsi, la première création de cette saison sera celle d’Anne Schwaller, une jeune metteur en scène d’ici : ce geste veut dire que la relève, la nouvelle génération a sa place au Théâtre Kléber-Méleau.

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement

La visite de la vieille dame
du Mardi 22 septembre 2015 au Vendredi 29 janvier 2016
TKM - Théâtre Kléber-Méleau
Chemin de l'Usine à gaz 9, 1020 Renens, Suisse

 


Réprésentations jusqu'au 11 octobre au Théâtre Kléber-Méleau(Suisse) Tél. : +41 21 625 84 29. Site : www.t-km.ch et au Théâtre 71 du 19 au 29 janvier 2016. Tél 0155489100.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre