La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien / Jérémie Lippmann

Mon Ange

Mon Ange - Critique sortie Avignon / 2017 Avignon Avignon Off. Théâtre du Chêne Noir
Légende : Jérémie Lippmann CR : Basile Dell

Théâtre du Chêne noir / Henry Naylor / mes Jérémie Lippmann

Publié le 25 juin 2017 - N° 256

Spectacle sur une jeune femme kurde de Kobané qui devient guerrière, Mon Ange est mis en scène par Jérémie Lippmann, qui avait dirigé Marie Gillain dans La Vénus à la fourrure.

Comment avez-vous découvert le texte d’Henry Naylor ?

Jérémie Lippmann : Je sortais de l’expérience de La Vénus à la fourrure qui m’avait pris beaucoup d’énergie, quand Pascal Guillaume, le producteur, m’a envoyé le texte de Naylor. J’avais vraiment envie de faire une pause. Mais en lisant le texte, j’ai vite senti qu’il y avait dans ces mots une puissance comparable au jet d’une balle. J’ai pris une bonne claque à sa lecture.

Que raconte ce texte ?

J.L. : C’est l’histoire d’une jeune femme kurde élevée dans une ferme avec son père et sa mère à côté de Kobané. Quand Daech arrive, un camion vient les chercher pour leur permettre de fuir. Mais son père reste combattre et au moment de passer la frontière, elle décide d’aller se battre elle aussi. A partir de là, l’enfer commence pour elle. Elle va devenir une cheffe de guerre.

« A la fois ange et animal »

Est-ce une histoire vraie ?

J.L. : Il y a une polémique pour savoir si cette femme a existé. Ce qui est sûr, c’est que des jeunes femmes là-bas vont se battre contre Daech. Les kurdes sont le seul peuple où la femme a la même place que l’homme à la guerre, où elle fait d’ailleurs souvent preuve de davantage de résistance que son homologue masculin.

« C’est un texte coup de poing. A la fin, on ne pourra pas dire : “je ne savais pas“. »

Est-ce le fait que ce soit une femme soldat qui vous a intéressé ?

J.L. : Bien sûr, cela m’interroge. Ce qui me frappe aussi, c’est le fait que nous sommes finalement loin d’imaginer que tout cela se passe si près de nous. Les médias nous en parlent mais les choses restent irréelles. Si le théâtre sert à divertir, il est important qu’à travers des textes comme celui-ci il puisse aussi mettre en lumière de telles situations et de telles atrocités qui demeurent sinon quasi abstraites. C’est un texte coup de poing. A la fin, on ne pourra pas dire : « je ne savais pas ».

Quelle mise en scène choisirez-vous ?

J.L. : Il faut faire confiance aux mots, leur donner toute leur place. Ce texte, c’est de la matière brute sans effets de style. La parole jaillit au présent et le réel se déploie devant nous. C’est Lina El Arabi qui portera ces mots, le plus souvent dans l’obscurité. Elle sera un ange capable d’une violence et d’une animalité indispensables dans ces situations. A l’aide d’une bande sonore, elle plongera le spectateur en totale immersion dans l’histoire.

Propos recueillis par Eric Demey

A propos de l'événement

Mon Ange
du Vendredi 7 juillet 2017 au Dimanche 30 juillet 2017
Avignon Off. Théâtre du Chêne Noir
8 Rue Sainte-Catherine, 84000 Avignon, France

à 14h30, relâche le lundi. Tel : 04 90 86 74 87


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes