La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Mithridate de Jean Racine, mise en scène d’Eric Vigner

Mithridate de Jean Racine, mise en scène d’Eric Vigner - Critique sortie Théâtre Strasbourg Théâtre National de Strasbourg
Eric Vigner © D.R.

de Jean Racine / mes Eric Vigner

Publié le 23 octobre 2020 - N° 288

Vingt-cinq ans après avoir monté Bajazet à la Comédie-Française, Eric Vigner revient à l’écriture de Racine avec une distribution comprenant quatre générations de comédiens dont Thomas Jolly, Jutta Johanna Weiss, Stanislas Nordey et Philippe Morier-Genoud.

Qui était Mithridate ?

Eric Vigner : Racine s’inspire de la vie de Mithridate tel qu’elle a été racontée dans l’histoire romaine. Ce roi a régné pendant 40 ans sur cette région du monde qui comprend la mer Noire, la Turquie et jusqu’à la Crimée. Toute sa vie, il a lutté contre l’invasion romaine. Racine le place à la fin de sa vie, en 63 avant J.-C., alors qu’il vient d’être battu par Pompée et va se suicider. Il fait le bilan de sa vie : était-il intéressant de consacrer sa vie à la guerre et aux conquêtes au détriment de l’amour ? Mithridate est passé à côté de quelque chose, il s’en aperçoit au dernier moment et c’est trop tard. Dans la dernière scène, il donne in extremis la femme qu’il aime à un de ses fils pour – peut-être – perpétuer l’histoire familiale et la permanence du royaume. C’est une pièce incroyable, très humaine, très simple finalement. On est dans l’intime au sens le plus fort, le plus essentiel : qu’est-ce qui nous fait vivre ? C’était la pièce préférée de Louis XIV et on comprend pourquoi.

« J’essaie de faire entendre Racine avec mon expérience de Marguerite Duras. »

Qu’est-ce qui vous a donné envie de monter cette pièce rarement donnée ?

E.V. : Le spectacle est né du désir commun de travailler de nouveau avec Stanislas Nordey et Jutta Johanna Weiss que j’avais dirigés dans Partage de midi. Nous sommes tombés d’accord sur cette pièce qui est aussi une histoire de transmission. La distribution comprend quatre générations de comédiens, avec différentes histoires et mémoires de théâtre. Mais finalement, nous partageons tous une matière assez neuve.

Précisément, comment leur avez-vous fait travailler la langue de Racine ?

E.V. : Ils ont tous un rapport très dense au texte. Moi, j’essaie de faire entendre Racine avec l’expérience que j’ai de Marguerite Duras. L’écrivain de l’amour au XVIIe siècle, c’est Racine, et au XXe, c’est Duras ! Avec Mithridate on est dans Hiroshima mon amour!

La pandémie résonne-t-elle avec le côté « vanité des vanités » présent dans Mithridate ?

E.V. : Absolument. Cette pièce de Racine, qui traite de la fin de l’Orient, de la fin d’un monde, est un miroir formidable par rapport à ce que nous vivons aujourd’hui, à nos questions sur l’avenir et la mort. Qu’est-ce qu’on fait ? à quoi ça sert ? qu’est-ce qui est nécessaire ? qu’est-ce qui serait nécessaire ? que sera notre monde futur et qui le construira ? Cette pièce est vraiment une belle découverte, un diamant pur.

 Entretien réalisé par Isabelle Stibbe

A propos de l'événement

Mithridate de Jean Racine, mise en scène d’Eric Vigner
du Samedi 7 novembre 2020 au Jeudi 19 novembre 2020
Théâtre National de Strasbourg
1 avenue de la Marseillaise, 67000 Strasbourg

Relâches lundi 9 et dimanche 15. Tél. : 03 88 24 88 24.


Tournée : Comédie de Reims, du 24 au 27 novembre, Le Quai – CDN Angers Pays de la Loire, du 1er au 5 décembre, Théâtre national de Bretagne, du 8 au 12 décembre, La Comédie de Valence, du 15 au 18 décembre, Théâtre Saint-Louis de Pau, les 12 et 13 janvier 2021.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre