La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Marie Nimier

Marie Nimier - Critique sortie Théâtre
Crédit photo : Catherine Hélié Légende photo : Marie Nimier

Publié le 10 mars 2012 - N° 196

L’impossible séparation

Sandra et Simon, sœur et frère par alliance, ont grandi dans l’étreinte d’un amour d’enfance. Quelques années plus tard, ils se retrouvent pour se séparer… La romancière Marie Nimier signe sa première pièce de théâtre, avec sa complice Karelle Prugnaud à la mise en scène.

« Le théâtre demande de renoncer à la toute puissance du romancier. »

Le passage du roman au théâtre a-t-il modifié votre expérience d’écrivain ?

Marie Nimier : J’ai écrit ici pour des voix et pour des corps… un texte orphelin qui n’existe que porté par une équipe, incarné par des êtres vivants. Le théâtre demande de renoncer à la toute puissance du romancier et d’accepter d’être interprétée. Il s’appuie également sur une structure préalable plus rigoureuse. Les digressions ou l’irruption de nouveaux personnages au cours de l’histoire sont plus délicates. Le récit passe par la parole. Comme dans mes romans, qui ne recourent pas à un narrateur omniscient, c’est un point de vue subjectif, un « je » qui perçoit et raconte.

On retrouve cependant beaucoup des thèmes qui traversent votre œuvre romanesque.

M. N. : Le deuil de l’enfance, la folie ou le statut de la vérité cheminent en effet à travers mes romans. J’ai aussi pioché des éléments dans chacun d’eux, comme par jeu : la planche à repasser, la tentative de suicide, la collection de gestes perdus, le chien… Ce terreau s’est enrichi de mes précédentes expériences avec la scène, notamment de théâtre musical ou dansé et de performance. Le texte interroge aussi la spécificité du théâtre. L’unité de temps et de lieu oblige à creuser les questionnements posés, à affronter les blessures ouvertes. Il n’y a pas d’échappatoire à la situation. L’espace est concret. Les objets du quotidien sont très présents et révèlent l’émotion. Enfermée chez elle dans une pièce, Sandra ne cesse de vouloir ranger, essaie de jeter les objets, les souvenirs entassés, de s’en débarrasser… C’est l’impossible séparation qui se joue là.

A travers le personnage de Simon, vous remettez aussi en cause la vérité au théâtre.

M. N. : Le théâtre est fondé sur un pacte de croyance implicite : les spectateurs tiennent pour vrai ce que dit un personnage à travers l’acteur. Or les propos de Simon sont tissés de contradictions et de mensonges. On ne sait jamais s’il dit la vérité. On finit par douter de son existence même. Peut-être n’est-il qu’un fantôme, une projection dans l’esprit de Sandra…

Karelle Prugnaud, qui signe la mise en scène, voit une pièce plus sociale que psychologique.

M. N. : Sandra et Simon ont vécu une enfance libre, dans une grande maison à la campagne, où tout paraissait possible. Leur espace se resserre aujourd’hui. Sandra ne semble pas tenue par un travail ni s’inscrire dans des réseaux sociaux. Son rapport à la langue dit aussi sa difficulté à s’intégrer dans le monde actuel : fille d’une mère étrangère, elle cherche sans cesse les mots justes, leur sens dans la phrase, tout comme elle cherche à trouver sa place dans la société.

Comment se déroule la collaboration avec Karelle Prugnaud, avec qui vous avez déjà mené plusieurs performances ?

M. N. : Par son approche du plateau, qui intègre la vidéo, la danse et la performance, elle introduit un décalage dans les situations et décolle du réalisme pour basculer dans l’imaginaire. Comme si le réel soudain se vrillait et révélait la confusion intime des êtres.

Entretien réalisé par Gwénola David.


La Confusion, de Marie Nimier, mise en scène de Karelle Prugnaud. Du 7 mars au 7 avril 2012, à 21h sauf dimanche à 15h30, relâche les lundis et le dimanche 11 mars. Théâtre du Rond-Point, 2bis avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris. Tél. : 01 44 95 98 21 et www.theatredurondpoint.fr. Durée : 1h20.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre