La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

Lune jaune, la ballade de Leila et Lee

Lune jaune, la ballade de Leila et Lee - Critique sortie Théâtre Colmar Comédie de l’Est – Centre Dramatique National d’Alsace.
Le metteur en scène Laurent Crovella © André Muller

Comédie de l’Est / de David Greig / mes Laurent Crovella

Publié le 20 décembre 2017 - N° 261

Laurent Crovella s’empare d’une pièce de David Greig, belle évocation de l’adolescence et de la question identitaire.

Le théâtre de David Greig, né à Edimbourg en 1969, aborde souvent la complexité des êtres, leurs prises avec la grande Histoire, les préoccupations socio-politiques. Dans Les Evénements, il se demandait par exemple ce qui arrivait à un terroriste « qui tue ceux qui ne sont pas d’ici ». Dans Lune jaune, la ballade de Leila et Lee, il ne déroge pas à la règle. A travers la fuite désespérée de deux adolescents, Lee, le mauvais garçon qui commet un crime par accident, et Leila, la jeune fille que son corps encombre, le dramaturge nous parle de l’adolescence et de la quête identitaire. Si d’autres thèmes émergent comme « l’automutilation, le sexe, la violence, la nature par opposition à la ville », lorsque David Greig prend la plume, il s’attache surtout à suivre ses personnages : « Je pense à ce qu’ils veulent, je me demande à quoi ressemble leur vie ». L’’important est de raconter une histoire. Un parti pris bien compris par le metteur en scène Laurent Crovella pour qui Lune jaune est une pièce qui « voudrait dire avant de montrer », un « théâtre du récit qui mêle avec habileté des genres ». La singularité de l’écriture de ce texte réside en effet dans son aspect pluriformel où polar, récit épique, roman, poème sont convoqués : « une tectonique du récit où la forme ne cesse d’évoluer pour révéler l’instabilité des protagonistes en quête de leurs origines et du sens de leur existence ».

La musique comme ligne de fracture générationnelle

L’autre caractéristique de la pièce est la place primordiale de la musique. Le prénom du protagoniste, Lee, s’inspire d’un standard du blues américain « Stagger Lee », qui narre l’histoire de Shelton Lee, proxénète américain condamné pour meurtre. Or, pour Laurent Crovella, ce qui distingue les générations, c’est la musique : si blues, folk et rap ont en commun une tradition de conte, chaque style, reflet de son époque, est intransmissible d’une génération à l’autre : « la musique se présente ici comme une ligne de fracture ». Sur le plateau, en revanche, musiciens et acteurs seront à l’unisson, dans un espace évoquant celui d’un concert (instruments, micros, enceintes, câbles) et des costumes évoluant au cours du spectacle, pour mieux montrer la mue des personnages qui « doivent laisser derrière eux des traces pour affronter leur destin et l’avenir ».

Isabelle Stibbe

A propos de l'événement

Lune jaune, la ballade de Leila et Lee
du Mardi 23 janvier 2018 au Mardi 30 janvier 2018
Comédie de l’Est – Centre Dramatique National d’Alsace.
6 Route d'Ingersheim, 68000 Colmar, France

Tél. : 03 89 24 31 78. Places : 10 à 21 €. Tournée : le 1er février : Les Tanzmatten, Sélestat, du 3 au 8 avril : TAPS, Strasbourg, le 14 mai : EPCC Bords 2 Scènes, Vitry-le-François.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre