Théâtre - Critique

« L’Événement » d’Annie Ernaux par Marianne Basler : un moment de théâtre d’une puissance simple et rare

« L’Événement » d’Annie Ernaux par Marianne Basler : un moment de théâtre d’une puissance simple et rare - Critique sortie Théâtre Paris THEATRE DE L'ATELIER


Théâtre de l’Atelier / texte Annie Ernaux / mise en scène et interprétation Marianne Basler

A l’époque, Annie Ernaux avait 23 ans. Elle faisait ses études à l’université de Rouen. La loi Veil n’avait pas encore été écrite, votée, promulguée. En France, l’interruption volontaire de grossesse était interdite et pénalisée. La jeune femme qu’était alors l’autrice, apprenant qu’elle était enceinte, n’a pas eu d’autre choix, pour disposer librement de son corps et de sa vie, que de recourir à un avortement illégal, après avoir vainement tenté de procéder par elle-même, à l’aide d’une paire d’aiguilles à tricoter. Annie Ernaux est donc montée dans un train à destination de Paris. Elle s’est rendue chez ce qu’on appelait une faiseuse d’anges. Contre la somme de quatre cents francs en liquide, l’avorteuse lui a introduit une sonde dans le col de l’utérus puis, quelques jours plus tard, une autre, en remplacement de la première, qui n’avait pas produit l’effet espéré. Cette seconde tentative fut la bonne. Mais l’étudiante perdit beaucoup de sang. Une fois l’embryon expulsé, elle dut être transportée à l’hôpital et subir une intervention chirurgicale. Ce sont toutes les étapes de ce parcours effroyable que décrit Annie Ernaux dans L’Événement. Les mots de l’écrivaine — d’une précision, d’une exigence, d’une consistance sidérantes — révèlent le réel et le concret de manière magistrale, presque clinique : sans faire l’économie d’un seul geste, d’une seule pensée.

La vie et la mort en même temps

Au Théâtre de l’Atelier, on se laisse instantanément saisir par la force droite et nette de cette écriture sans fioriture. Elle nous est transmise grâce à la profondeur d’incarnation de Marianne Basler. Seule sur scène, au sein d’un espace quasi vide, la comédienne s’empare de L’Événement de façon impressionnante. Une chaise, une table, une pénombre persistante trouée par des faisceaux de clarté. Un visage qui nous fait face ou qui regarde ailleurs, vers les coulisses, un corps qui se déplace, le temps d’intervalles de silence. Un cri qui surgit comme un éclair, éclate comme un coup de semonce. Un extrait de La Javanaise, paisible, suave, chanté par Juliette Gréco… La mise en scène conçue par l’interprète crée une atmosphère à la fois d’intensité et d’intimité. Elle sied remarquablement à l’écriture d’Annie Ernaux. On pourrait dire que Marianne Basler est une admirable instrumentiste. Son jeu est coloré, rythmé, inspiré. Mais la matière théâtrale à laquelle elle donne corps est bien plus qu’une musique. L’actrice confère une puissance pleinement organique, implacablement universelle, à cette situation terrible, cette scène sans nom, « la vie et la mort en même temps », comme l’écrit l’autrice, une épreuve dont cette dernière a fait littérature pour qu’elle puisse nous parvenir et se déposer en nous. C’est une chose importante qu’elle a ainsi accomplie. Une œuvre essentielle qui nous frappe à l’esprit, au cœur, au ventre.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement


L’Événement
du mardi 13 février 2024 au mercredi 27 mars 2024
THEATRE DE L'ATELIER
1 place Charles-Dullin, 75018 Paris

Les mardis et mercredis à 19h. Tél. : 01 46 06 49 24. Durée : 1h.


A lire aussi sur La Terrasse

  • Théâtre - Gros Plan

Les Élancées – Festival des arts du geste, 25ème édition

Dans le Bassin de l’Ouest-Provence, Les [...]

Du samedi 10 février 2024 au 25 février 2024
  • World music - Agenda

Les Amazones d’Afrique

Un jour avant la sortie officielle de leur [...]

Le jeudi 15 février 2024
  • Théâtre - Critique

Tommy Milliot met en scène « Qui a besoin du ciel » de Naomi Wallace, une poignante tragédie contemporaine

Dans la veine ouverte avec La Brèche, créée [...]

Du jeudi 25 janvier 2024 au 10 février 2024