La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Propos recueillis

Les Soldats / Lenz

Les Soldats / Lenz - Critique sortie Théâtre Malakoff Théâtre 71
Anne-Laure Liégeois Crédit : DR

Théâtre 71 / d’après Jakob Lenz et Georg Büchner / mes Anne-Laure Liégeois

Publié le 20 décembre 2017 - N° 261

Anne-Laure Liégeois conçoit un double spectacle autour de l’écriture et de la figure de l’auteur allemand Jacob Lenz. Créée du 9 au 12 janvier à la Maison de la Culture d’Amiens, cette mise en regard des Soldats (de Jacob Lenz) et de Lenz (de Georg Büchner) est ensuite présentée au Théâtre 71.

« Au centre des Soldats, il y a le personnage de Marie qui, après avoir été trompée par un capitaine de garnison lui ayant promis le mariage, va devenir la victime expiatoire d’un groupe de militaires. Je crois qu’à travers elle, Jakob Lenz avait vraiment envie de parler des individus qui l’ont, lui-même, inquiété et humilié. Je me dis d’ailleurs souvent que Marie, c’est Lenz. Ce personnage porte en elle toutes les violences perpétrées par des hommes sur une femme, par une classe sociale sur une autre classe sociale, toutes les souffrances qui peuvent naître des conflits familiaux. Les Soldats est une pièce assez étrange. Une pièce parsemée de trous qui peut, parfois, se révéler obscure. Mon travail a vraiment été de la rendre lumineuse, tant par la traduction que j’ai réalisée en collaboration avec le germaniste Jean Lacoste, que par ma mise en scène. J’ai notamment eu envie, au-delà des mots, que certaines choses soient portées par le jeu : un jeu dans le silence. Cela, au sein d’une scénographie qui parle beaucoup de théâtre.

Un théâtre en fabrication

La représentation prend corps sur une scène vide, où tout se déroule à vue, ainsi que sur un gradin de théâtre disposé en fond de scène. Les comédiens sont donc en permanence sur le plateau. Ils créent un théâtre pauvre, avec très peu d’accessoires. Un théâtre que l’on découvre en train de se faire. Je voulais faire naître le théâtre en fabrication que l’on retrouve chez Brecht. Il était également très important pour moi que la musique soit présente dans ce spectacle. Les comédiennes et comédiens jouent tous d’un instrument, ils forment une fanfare (ndlr, la composition originale est de Bernard Cavanna). Et puis, après les Soldats, au sein du même décor, dans les débris de la pièce qui vient de s’achever, deux des comédiens – Olivier Dutilloy et Agnès Sourdillon – se détachent de la troupe, s’avancent pour interpréter Lenz, une nouvelle magnifique dans laquelle Büchner revient sur un épisode de l’existence de Jakob Lenz. J’ai ainsi voulu rendre hommage à cet auteur malmené par son époque. Cet auteur rebelle qui a écrit des choses tellement profondes, qui a réalisé – à travers son œuvre – un si beau travail sur l’humanité. »

Propos recueillis par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Les Soldats / Lenz
du Mardi 23 janvier 2018 au Vendredi 2 février 2018
Théâtre 71
3 Place du 11 Novembre, 92240 Malakoff, France

Le mardi et le vendredi à 20h ; le mercredi, le jeudi et le samedi à 19h30, le dimanche à 16h. Tél. : 01 55 48 91 00. www.theatre71.com.


Egalement du 6 au 10 février 2018 au Grand T – Théâtre de Loire-Atlantique, les 13 et 14 février au Volcan – Scène nationale du Havre, du 20 au 21 février à Mons Arts de la Scène et au Manège – Scène nationale de Maubeuge, le 3 mars à la Scène conventionnée de Châtellerault, les 7 et 8 mars au Cratère – Scène nationale d’Alès, du 20 au 22 mars au Théâ̂tre de l’Union – CDN du Limousin, du 27 au 29 mars au Théâtre Dijon Bourgogne – CDN.


 


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre