La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Les Fourberies de Scapin

Les Fourberies de Scapin - Critique sortie Théâtre Besançon Centre dramatique national de Besançon
Les Fourberies de Scapin, dans une mise en scène de Christian Esnay. Crédit Photo : DR

Critique / Région
Centre dramatique national de Besançon Franche-Comté / de Molière / mes Christian Esnay

Publié le 12 décembre 2013 - N° 215

Christian Esnay et sa compagnie Les Géotrupes poursuivent leur chemin sur les terres d’un théâtre pensé pour le plus grand nombre. Au sein d’un espace nu, ils signent une version à la fois farcesque et contemporaine des Fourberies de Scapin.

En une heure et quarante minutes, tout est joué. De manière ardente, alerte, dans un face-à-face permanent avec le public. Avec, en creux de chaque réplique, de chaque situation, un désir de partage avec les spectateurs. Un partage par le rire. On pourrait dire que Christian Esnay a élaboré, pour cette nouvelle création, une représentation épurée, sans gras, s’il ne s’agissait ici de donner corps à toutes les pantalonnades des Fourberies de Scapin. Hauts cris, œillades, cascades d’exaltations et de doléances… Les dix personnages de la pièce apparaissent, c’est vrai, en costumes contemporains, au sein d’un espace scénique à la nudité radicale, mais le projet des Géotrupes n’est pas de présenter une version aride et distanciée de la comédie de Molière. Bien au contraire. Fidèle aux principes qui l’ont amené à créer sa compagnie en 2002 (« concrétiser l’accessibilité au théâtre pour le plus grand nombre »), le comédien et metteur en scène, qui interprète lui-même le rôle de Scapin, centre cette proposition sans décorum sur un théâtre de texte, de geste, d’adresse. Un théâtre ramené à sa plus simple expression, qui investit pleinement le registre du comique de farce.

Mobiliser l’humanité la plus totale

« La vertu de la farce, explique le fondateur des Géotrupes, est de mobiliser, dans le rire le plus éclatant, l’humanité la plus totale. » A la tête d’une troupe de sept comédiens (Belaïd Boudellal, Pauline Dubreuil, Gérard Dumesnil, Rose Mary d’Orros, Georges Edmont, Jacques Merle), Christian Esnay dessine à grands coups de pinceaux la cruauté des uns, la candeur des autres, la bouffonnerie et l’irrévérence qui viendront contrarier l’ordre établi des conventions sociales. Tout cela se pare des couleurs les plus vives, d’une bonne humeur communicative, sans pour autant déclencher tous les rires qu’aurait pu laisser envisager une telle proposition. Car, assez paradoxalement, ce n’est pas la dimension comique de ces fourberies-là qui touchent le plus, mais la grande clarté qui s’en dégage. Projetés hors de leur XVIIème siècle, Scapin, Léandre, Octave, Géronte, Argante, Hyacinte, Zerbinette…, confèrent à leurs histoires d’amour, d’argent et de famille une forme d’évidence contemporaine. « L’ici et maintenant » qu’ils font naître déplace notre regard, notre écoute, et nous donne l’impression de redécouvrir la pièce de Molière.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Les Fourberies de Scapin
du Mardi 10 décembre 2013 au Mercredi 14 mai 2014
Centre dramatique national de Besançon
Esplanade Jean-Luc LAgarce, 25000 Besançon.
Les 10 et 13 décembre 2013 à 20h, les 11 et 12 décembre à 19h. Durée de la représentation : 1h40. Tél. : 03 81 88 55 11. www.cdn-besancon.fr

Egalement les 23 et 24 avril 2014 à la Scène nationale de Saint-Nazaire, les 13 et 14 mai au Théâtre d’Arras.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre