La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Jazz / Musiques - Gros Plan

Les boss de la basse

Les boss de la basse - Critique sortie Jazz / Musiques
© dave holland = Drew Goren © STEVE SWALLOW = Elena Carminati © Ron Carter = DR Ron Carter, Steve Swallow et Dave Holland ont dans leurs mains toute l’histoire du jazz.

Publié le 10 octobre 2011 - N° 191

A eux trois, ils comptabilisent des milliers de séances. Sidemen devenu leaders, Ron Carter, Steve Swallow et Dave Holland ont porté leur instrument au sommet du jazz.

Véritable pilier totémique sur lequel les solistes ont pu s’accrocher, la contrebasse a donné le tempo de toute l’histoire du jazz. Malgré de formidables improvisateurs, à commencer par Jimmy Blanton, Oscar Petitford et Ray Brown, l’instrument est resté longtemps confiné au rôle de gardien de la ligne rythmique, ô combien fondamental. Une fonction dont la génération suivante s’est s’émancipée, selon les exemples de deux pionniers en la manière : Scott LaFaro en premier lieu et Charles Mingus, dans une moindre mesure. A partir des années 60, tout s’avère possible pour la contrebasse, qui pour être la base fondamentale de l’orchestre n’en est pas moins la source potentielle de jaillissements mélodiques et d’éblouissements harmoniques. Pour preuves, les carrières exemplaires de Ron Carter, Steve Swallow et Dave Holland, qui vont s’illustrer sous leur nom en inventant de nouveaux horizons à l’instrument. Ces trois-là ont – chacun dans leur registre – ouvert des voies insoupçonnées à cette bonne vieille grand-mère, comme aiment à surnommer la contrebasse les jazzmen.
 
Trois maîtres étalons pour de nouveaux sillons
 
L’aîné, Ron Carter, est sans aucun doute le digne héritier de Jimmy Blanton, combinant une sonorité sensuelle à des idées rythmiques qui auront marqué des bataillons de futurs instrumentistes. Avec plus de 2 500 albums au compteur, ce pédagogue instruit s’inscrit dans la grande tradition du jazz, d’une humilité aussi rare que son élégance. Dans sa prolifique discographie, il faut retenir avant tout les recueils qui privilégient les cadres intimistes, susceptibles d’offrir l’écho et l’espace suffisants à la classe de sa contrebasse. Ce qui est le cas de son Golden Striker Trio qui l’associe au guitariste Russell Malone et au pianiste Mulgrew Miller. De trois ans son cadet, Steve Swallow se situe quant à lui dans l’héritage de Scott LaFaro, un sens de la mélodie à fleur de cordes qui fait merveille là encore sur les formats réduits, mais aussi dans des contextes orchestraux plus fournis, comme au sein de l’orchestre de Carla Bley dont il est le partenaire particulièrement attitré. Irréductible à une esthétique préétablie, il aura traversé un demi-siècle de musique en imposant au premier plan son instrument, sans forcer (la basse qu’il a troquée contre sa contrebasse au début des années 70), et sans jamais oublier ses fondamentaux jazz. Pour s’en convaincre, il suffit de lire le casting (Chris Cheek au ténor, Jorge Rossy aux baguettes…) qui l’accompagne dans le temple du New Morning. Enfin, last de cette short list, le petit dernier Dave Holland est lui aussi entré dans le club des musiciens de légende. Le contrebassiste britannique a écrit son nom et posé son son sur des monuments de l’histoire du jazz, dont le Miles éclectique au tournant de 1968. Depuis, de « Music For Two Basses » avec Barre Philips en 1971 à « Overtime », un récent ouvrage en big band, chaque chapitre de sa discographie est une leçon de musique, où il élabore une synthèse des acquis du passé sans jamais verser dans la relecture, mais bel et bien pour composer une nouvelle page de l’histoire, qu’il entend comme un continuum. Comme pour cette rencontre où il s’associe au guitariste flamenco Pepe Habichuela pour un mano a mano dans ses cordes, subtiles.

Jacques Denis
 
 
Ron Carter Trio
Dimanche 6 novembre à 20 h 30, à la Maison de la musique de Nanterre (92). Places : de 4,50 à 23 €. Tél. 39 92. Mardi 8 novembre à 20h30 au Carré Bellefeuille de Boulogne-Billancourt (92). Tél. 01 55 18 54 00.
 
Dave Holland et Pepe Habichuela
Mercredi 16 novembre à 20h30 à La Rotonde de Moissy-Cramayel (77), Scène nationale de Sénart. Places : de 16 à 22,5 €. Tél. 01 60 34 53 60.
 
Steve Swallow Quintet
Mercredi 9 novembre à 21h au New Morning (75). Places : 30 €. Tél. 01 45 23 51 41.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques