La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Les Bacchantes

Les Bacchantes - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de l’Epée de Bois
Le quatuor des Bacchantes © H. Bellamy

Théâtre de l’Épée de Bois / d’Euripide / mes Bernard Sobel

Publié le 24 janvier 2018 - N° 262

Bernard Sobel recourt à cette pièce paradoxale d’Euripide pour dire la complexité de notre monde. Une mise en scène sans artifice qui invite à s’interroger sur la dualité de l’être humain, tendu entre raison et barbarie.

C’est n’est sans doute pas un hasard si à plus de 80 ans, Bernard Sobel a choisi de monter Les Bacchantes, considéré comme le dernier texte du poète grec (408 avant J.-C.). Un poète qui assistait au changement du destin de la Grèce, marquée par les deux guerres du Péloponnèse. Une situation qui fait écho à la « rupture anthropologique » face à laquelle beaucoup, dont Bernard Sobel (voir notre entretien), considèrent que nous sommes placés. Devant le désarroi que suscite ce passage d’un monde à un autre, que faire ? L’ouverture du spectacle donne un indice. Une vidéo projetée sur le mur en pierre du théâtre de l’Épée de bois montre des hommes en train de construire un décor. Belle entrée en matière pour cette pièce sur l’illusion théâtrale – le dieu du théâtre étant Dyonisos. Un personnage ambigu et paradoxal, qui pour mieux démontrer sa divinité aux Thébains incrédules (Penthée en tête), prend l’apparence d’un homme. Un personnage à l’image de la pièce : Les Bacchantes brouille sans cesse les cartes au point que l’on ne sait plus reconnaître le fou du sage, le sage du tyran.

altérité et monstruosité

Bernard Sobel ne cherche pas à évacuer cette complexité. C’est dans l’épure du décor, la clarté des lumières, le brut des costumes, le naturel du jeu, qu’il fait apparaître des lignes de force. Par la disposition de ses personnages en face-à-face, en particulier Penthée – incarné par l’excellent et nuancé Matthieu Marie) – et Dionysos, il nous montre bien que deux thèses s’affrontent : d’un côté, un monde établi, où règne l’ordre et la raison. De l’autre, l’altérité portée par un nouveau monde dominé par la confusion ou la sauvagerie. Tout cela sans manichéisme, car comme le dit Michèle Raoul-Davis, fidèle collaboratrice de Bernard Sobel, « si l’on refuse, individu ou société, d’admettre en soi les éléments d’altérité que tout groupe, tout être humain porte en lui sans toujours le savoir, alors le stable, le régulier, l’identique bascule et s’effondre, comme si c’était ce groupe, cet individu qui devenait monstrueux. » C’est cette dualité de l’homme, cette barbarie que chacun porte en soi, qu’il faut reconnaître et accepter. L’image vidéo finale, qui donne à voir un grappin détruisant le décor du début, est à cet égard doublement signifiante. On peut y voir précisément cela : à savoir que l’homme comporte en lui la création comme la destruction. On peut y lire également une métaphore de ce que nous vivons : nous savons quel monde nous quittons, lequel allons-nous trouver ? Bernard Sobel, humblement, nous indique qu’il n’y a pas de réponse. Si ce n’est, peut-être, l’immuable illusion théâtrale.

Isabelle Stibbe

A propos de l'événement

Les Bacchantes
du Jeudi 11 janvier 2018 au Dimanche 11 février 2018
Théâtre de l’Epée de Bois
La Cartoucherie. Route du Champ de manœuvre, 75012 Paris.

Tél. : 01 48 08 39 74. Durée : 1h30 sans entracte.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre