Théâtre - Critique

Le Tartuffe ou l’Hypocrite, de Molière, mise en scène Ivo van Hove



Comédie-Française

La première version s’intitule Le Tartuffe ou l’Hypocrite. La seconde, Le Tartuffe ou l’Imposteur. Un substantif troqué et deux actes rajoutés (le troisième et le cinquième) différencient les deux moutures du Tartuffe, pièce créée en 1664 à Versailles devant la Cour, aussitôt interdite par Louis XIV et présentée, cinq ans plus tard, dans une nouvelle version au Théâtre du Palais-Royal. Depuis lors, c’est la pièce de 1669 qui se joue à travers le monde, et bien sûr dans la Maison de Molière, Le Tartuffe étant l’œuvre du répertoire la plus représentée à la Comédie-Française. Sauf qu’Ivo van Hove n’aime pas cette comédie augmentée qui s’achève, dit-il, par un deus ex machina artificiel. Le metteur en scène belge voit dans la pièce de Molière un drame social aboutissant à l’explosion d’une famille. Le texte en trois actes récemment reconstitué par Georges Forestier a ainsi été l’opportunité, pour le directeur de l’Internationaal Theater Amsterdam, de donner vie à sa vision noire, féroce, corporelle du Tartuffe. Une vision qui souhaite dépasser la seule idée de captation économique (après avoir accueilli le faux dévot dans sa maison, Orgon fait de lui son légataire universel) en posant l’hypothèse d’une passion sensuelle entre Elmire, l’épouse d’Orgon, et Tartuffe.

Le rythme et l’esthétique d’une série cinq étoiles

Pourquoi pas. L’une des forces du théâtre est d’être capable de se réinventer sans cesse, par le biais de multiples inspirations, d’ouvrir des voies inédites, aventureuses, inattendues à nos sens et nos imaginaires. En l’espèce, Ivo van Hove caresse davantage un concept qu’il n’illumine d’un jour nouveau l’œuvre de Molière. Cette proposition sans ressort comique, cadrée par une partition musicale dramatisante d’Alexandre Desplat, par des lumières et une scénographie hyper-esthétisantes de Jan Versweyveld, est d’une beauté frappante. Entrant dans cet univers à la fois lyrique et épuré, agrémenté de surtitres explicatifs, on pense d’emblée à l’une de ces séries à gros budget visibles sur écran. Vêtus de costumes sombres, chics, contemporains (signés An d’Huys), les comédiennes et comédiens s’empoignent, se heurtent, s’invectivent, dans des corps à corps sauvages ou charnels. Le jeu de Denis Podalydès dans Orgon, de Christophe Montenez dans Tartuffe, de Marina Hands dans Elmire, de Loïc Corbery dans Cléante révèle tranchant et acuité. Mais cela ne suffit pas à faire de ce Tartuffe un grand moment de théâtre. Comme si la mise en scène de Ivo van Hove, s’en tenant à sa véhémence, restait en surface de la pièce. Il manque des contrastes à ce Tartuffe purement dramatique. Il manque de l’ambivalence, une âme souterraine.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement


Le Tartuffe ou l’Hypocrite
du samedi 15 janvier 2022 au dimanche 24 avril 2022

Place Colette, 75001 Paris.

En alternance. Matinées à 14h, soirées à 20h30. Tél. : 01 44 58 15 15. www.comedie-francaise.fr


A lire aussi sur La Terrasse

  • - Critique

Hulda de César Franck, un chef-d’œuvre de l’art lyrique !

Une révélation ! La « légende scandinave » à [...]

  • - Critique

« Barbe-Bleue », le chef-d’œuvre de Pina Bausch arrive au Châtelet

Un des chefs-d’œuvre de Pina Bausch revient à [...]

  • - Critique

Les « Corps extrêmes » de Rachid Ouramdane défient la pesanteur

Ces « corps extrêmes » défient la pesanteur, [...]