La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Le Retour au désert

Le trompettiste libanais est de retour, avec un disque qui va au-delà de « Diasporas ».

Publié le 10 mars 2007 - N° 146

Muriel Mayette met en scène Le Retour au désert et signe l’entrée au
répertoire de la Comédie-Française de Bernard-Marie Koltès, dix-sept ans après
sa disparition. Un spectacle tout en numéros d’acteurs qui assume sans complexe
la veine comique du texte.

Conçu pour Jacqueline Maillan et Michel Piccoli en 1988 (créé la même année
par Patrice Chéreau au Théâtre du Rond-Point avec ces deux comédiens en tête
d’affiche),
Le Retour au désert marque le passage de Koltès du tragique
au comique. Un comique lyrique, burlesque, politique, social, ontologique, qui
fait de l’avant-dernier texte du dramaturge (il meurt en 1989) une
pièce-mosaïque dans laquelle se succèdent longs monologues introspectifs,
face-à-face vifs et aiguisés, saynètes aux réparties volontairement
boulevardières. Un comique assumé sur lequel se découpe, comme en contre-jour,
une tension dramatique posant mille questions sur la famille et la petite
bourgeoisie, sur l’étranger, l’héritage, l’altérité, les mystères d’être soi,
sur les difficultés à évoluer et prendre position dans le monde. Ainsi, pour
être une pièce primesautière, cocasse,
Le Retour au désert n?en porte pas
moins tous les fantômes de l’auteur, toutes les thématiques ? souterraines ou
manifestes ? qui se répondent et se traversent pour interroger la question de
l’identité.


« Mes racines ? Quelles racines ? Je ne suis pas une salade? » (Mathilde,
Martine Chevallier)

Qui suis-je ? Quelle est ma patrie ? Qui sont les miens ? Muriel Mayette
dessine les contours des questionnements fondamentaux auxquels font face tous
les personnages à travers une prise en charge très libre des rapports de force
dramaturgiques. Car ici, ce sont les ressorts drolatiques qui priment, sans pour
cela gommer les zones de perspectives dramatiques du texte, mais en évitant avec
soin de leur conférer une quelconque affectation, la moindre grandiloquence.
Ainsi, répondant à l’envie qu’a eu Koltès « d’écrire des choses drôles »,
la metteure en scène dirige ses interprètes (Martine Chevallier et Bruno
Raffaelli dans les rôles principaux, Catherine Hiegel en alternance avec
Dominique Constanza, Catherine Ferran, Julie Sicard, Grégory Gadebois’) vers une
partition essentiellement humoristique, partition faisant se côtoyer images de
bande dessinées, rythme vaudevillesque et comique de situation. Résolument et
habilement expressifs, sans jamais donner dans le surjeu, les Comédiens-Français
composent un spectacle centré sur leurs performances, une suite de numéros
d’acteurs qui cherche l’efficacité et la trouve.

Manuel Piolat Soleymat

Le Retour au désert, de Bernard-Marie Koltès ; mise en scène de Muriel
Mayette. Du 17 février au 9 juin 2007 en alternance. Du lundi au vendredi à
20h30, les samedis, dimanches et jours fériés à 14h00 et 20h30, sauf relâches.
Comédie-Française, Salle Richelieu, place Colette, 75001 Paris. Réservations au
0825 10 16 80 (0,15 ? TTC la minute).

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre