La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Le Dépit amoureux et La Jalousie du Barbouillé

Le Dépit amoureux et La Jalousie du Barbouillé - Critique sortie Théâtre
crédit photo Lot légende photo : Jean-Louis Martin-Barbaz retrouve la fraîcheur et le mordant du jeune Molière.

Publié le 10 avril 2009

Jean-Louis Martin-Barbaz renoue avec la jeunesse de Molière et met en scène deux de ses premières pièces en compagnie d’une troupe de jeunes comédiens frais, pétillants et gaillards.

On se plairait bien à imaginer Molière et les siens, au temps où l’Illustre Théâtre cheminait de place en place, sous les traits des jeunes gens réunis par Jean-Louis Martin-Barbaz pour incarner les personnages des deux courtes pièces qu’il réunit en ce spectacle. Vifs, délurés, maniant aussi bien l’alexandrin et ses élans que les bouffonneries grivoises de la fable, les comédiens réussissent à camper avec le même entrain et un épatant sens du rythme la jalousie charmante des cœurs verts et celle des barbons ridicules affublés de chipies dégourdies et manipulatrices. Tout est déjà là dans ces deux premières pièces des figures qui feront la gloire du Molière de la maturité : jeunes filles à l’innocence madrée, serviteurs et servantes plus malins que leurs maîtres, médecins bavards et ignorants, maris crétins et amoureux enflammés. La brièveté de ces deux œuvres est l’occasion pour les comédiens d’user de toute la palette de leur talent, des éclats de la passion de la première pièce à ceux de la moquerie délirante de la seconde.
 
Du théâtre populaire de qualité
 
Un immense cube percé de trappes, de fenêtres et de portes sert d’instrument scénographique unique au diptyque. Couleurs des décors et diversité des costumes (à noter le très beau et très soigneux travail réalisé avec la participation du Lycée professionnel La Source / Val de Beauté) suffisent à signifier le changement d’ambiance et de style. Le cube offre l’occasion d’entrées et de sorties rapides, drolatiques et inventives et permet aux deux intrigues de se déployer avec efficacité dans la continuité et le contraste. L’essentiel repose sur le jeu des comédiens qui sont menés avec justesse et vérité par Jean-Louis Martin-Barbaz qui réussit, comme toujours, à tirer le meilleur des jeunes acteurs en les faisant jouer à niveau de ton et d’investissement égal, dans un véritable, évident et émouvant esprit de troupe. Fiona Chauvin, Pierre-Michel Dudan (également à la flûte), Sol Espeche, Pierre-Louis Gallo, Eric Peuvrel, Jonathan Salmon et Benjamin Tholozan, accompagnés par les saxophonistes du CRR de Boulogne-Billancourt, offrent donc une prestation sympathique, charmante et enjouée dont la mise en scène enlevée et fine sait à la fois être drôle et touchante. Un bien joli spectacle qui allie la simplicité à l’efficacité des effets : quelque chose au fond comme du théâtre populaire de qualité !
 
Catherine Robert


Le Dépit amoureux et La Jalousie du Barbouillé, de Molière ; mise en scène de Jean-Louis Martin-Barbaz. Du 20 mars au 12 avril 2009. Du mardi au samedi à 20h30 ; le dimanche à 15h30 ; relâche le lundi et le jeudi. Relâche exceptionnelle le 3 avril. Studio-Théâtre, 3, rue Edmond-Fantin, 92600 Asnières-sur-Seine. Réservations au 01 47 90 95 33.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre