La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Propos recueillis Arkadi Zaides

Le corps, outil de questionnement

Le corps, outil de questionnement - Critique sortie Avignon / 2014 Villeneuve-lès-Avignon 58 rue de la République
crédit: DR

Publié le 23 juin 2014 - N° 222

Fortement engagé, le chorégraphe israélien Arkadi Zaides crée Archive à partir d’images du conflit israélo-palestinien, et utilise son corps comme medium renouvelant leur perception. 

« Créé en 1989, B’Tselem est un centre d’information israélien défendant les droits de l’homme dans les territoires palestiniens, visant à exposer aux publics israélien et international la réalité de la vie sous occupation. En 2007, le département vidéo a lancé son projet The Camera Project, qui a consisté à distribuer des caméras aux Palestiniens vivant dans des zones de tension. J’ai passé de longs moments dans les bureaux de B’Tselem à observer des centaines d’heures d’images, à examiner les mouvements et les gestes des sujets filmés ou filmant. La situation dans les territoires occupés façonne notre réalité politique et sociale, et j’ai voulu mettre en lumière les implications de cette situation. Les extraits que j’ai sélectionnés ne décrivent que des Israéliens. Les Palestiniens demeurent derrière la caméra, mais ils sont très présents par leurs mouvements, voix et prises de position, et ce sont eux qui déterminent le point de vue du spectateur.

Un observateur et un médiateur

J’ai décidé de me focaliser sur des événements anodins et des aspects méconnus du conflit. Les images sont projetées sur grand écran, et je me situe entre l’écran et le public, répercutant différents gestes que l’on observe dans les vidéos. Je suis un observateur et un médiateur. Tout au long du spectacle, mon corps accumule les gestes, jusqu’à ce que, progressivement, un vocabulaire se forme. A travers mon corps comme médium, je propose aux spectateurs un mode spécifique de perception des images, attirant l’attention sur certains éléments, introduisant de nouvelles perspectives. Tous les événements que nous appelons politiques sont mis en œuvre par des individus. En observant les corps des individus, je m’efforce de comprendre ce qui se joue dans les champs politiques et sociaux. La politique ne doit pas être considérée comme quelque chose d’inaccessible, qui serait hors de portée, car cette conception tend à ignorer les questions de responsabilité individuelle. Je souhaite remettre en cause la dichotomie entre le politique et l’humain, car je ne suis pas certain qu’il y ait une distinction si nette entre les deux. »

 

Propos recueillis et traduits par Agnès Santi

A propos de l'événement

Archive
du Mardi 8 juillet 2014 au Lundi 14 juillet 2014
58 rue de la République
58 Rue de la République, 30400 Villeneuve-lès-Avignon, France

Festival d’Avignon. Tinel de la Chartreuse, 58 rue de la République, Villeneuve-lez-Avignon. Du 8 au 14 juillet à 18h30, relâche le 11. Tél : 04 90 14 14 14. Durée : 1h15.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes