La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Le Birgit Ensemble poursuit son exploration de l’histoire avec Les Oubliés (Alger-Paris)

Le Birgit Ensemble poursuit son exploration de l’histoire avec Les Oubliés (Alger-Paris) - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre du Vieux-Colombier
Julie Bertin et Jade Herbulot © Pierre Grosbois

Théâtre du Vieux-Colombier / texte et mes Julie Bertin et Jade Herbulot

Publié le 19 décembre 2018 - N° 272

Les deux metteures en scène du Birgit Ensemble poursuivent leur exploration de notre Histoire avec Les Oubliés (Alger-Paris), spectacle revisitant la fondation de la Ve République dans les temps agités de la guerre d'Algérie.

Que nous apprend la période de la naissance de la Ve République  ?

Julie Bertin et Jade Herbulot : La Vème République est un projet qui existe dès 1946, porté par De Gaulle et Michel Debré. Il va voir le jour en 1958 parce que le régime parlementaire de la IVe République est incapable de trouver une solution à ce qu’on appelait «  les événements  » d’Algérie. Il fallait un régime capable de trancher. On a donc eu une nouvelle constitution s’en remettant à un homme providentiel, à un pouvoir exécutif surpuissant et incarné.

Comment allez-vous relater cette naissance ?

J.B et J.H. : A partir d’aujourd’hui. Nous nous trouverons en 2019, dans la salle des mariages de la mairie du 18ème arrondissement à Paris, où se marient un homme franco-algérien et une femme française. Au cours du repas, les liens unissant chacun à l’Algérie se révèlent et les tensions naissent. Par flash-backs, cette salle se transforme en bureau de Matignon et bureau du Président, où s’élabore la Ve République. Nous nous aiderons aussi d’images et d’archives sonores.

« Il s’agit de parler du refoulé et du refoulement. »

Vous parlez donc aussi de la France d’aujourd’hui ?

J.B et J.H  : Bien sûr. Il s’agit de parler du refoulé et du refoulement, de ce qu’on a eu besoin de glisser sous le tapis pour édifier cette nouvelle République. Comme en témoignent les amnisties successives qu’il a promulguées, de Gaulle voulait enterrer ce passé. Mais cela n’a pas eu les effets escomptés. Notre rapport compliqué à ceux, français, qu’on appelle toujours des immigrés, en est un signe. Par rapport à cela, nous n’apportons pas de réponses mais tentons de poser des questions.

Vous travaillez pour la première fois avec la troupe de la Comédie-Française ?

J.B et J.H. : Pour ces comédiens, c’était la première fois qu’ils travaillaient dans un dispositif d’écriture de plateau, puisque nous leur avons livré des canevas de scènes, qu’ils ont ensuite improvisées au plateau, et à partir desquelles nous avons écrit le texte du spectacle. Et pour nous, habituées à la troupe du Birgit Ensemble, c’était la première fois que nous travaillions avec des comédiens plus âgés que nous, qui ne partageaient pas spontanément notre grammaire du plateau. C’était un sacré pari. Et Eric Ruf nous a laissé carte blanche, ce qui est assez merveilleux !

Propos recueillis par Eric Demey

A propos de l'événement

Le Birgit Ensemble poursuit son exploration de l’histoire avec Les Oubliés (Alger-Paris)
du Jeudi 24 janvier 2019 au Dimanche 10 mars 2019
Théâtre du Vieux-Colombier
21 rue du Vieux-Colombier, 75006 Paris

à 20h30, le mardi à 19h, le dimanche à 15h. Relâche le lundi. Tel : 01 44 39 87 00


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre