La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien / Lorraine Pintal

L’Avalée des avalés

L’Avalée des avalés - Critique sortie Avignon / 2018 Avignon Avignon Off. Le Petit Louvre
©Jean-François Gratton Lorraine Pintal

Le Petit Louvre / d’après Réjean Ducharme / mes Lorraine Pintal

Publié le 22 juin 2018 - N° 267

Directrice du Théâtre du Nouveau Monde à Montréal, Lorraine Pintal adapte le chef-d’œuvre de l’auteur québécois Réjean Ducharme, L’Avalée des avalés (1966). Un roman qui a révolutionné la manière d’écrire l’enfance.

Vous revenez régulièrement à Réjean Ducharme (1941-2017). En quoi son œuvre peuplée d’écorchés vifs parle-t-elle selon vous de notre époque ?

Lorraine Pintal : La plupart des personnages ducharmiens sont aspirés par leur propre lucidité sur le monde qui les entoure. Ils ont une conscience aigüe de sa perdition et tentent d’opposer à l’horreur leur instinct de survie, la puissance de leurs rêves. Ne sommes-nous pas à l’heure d’une transition inévitable entre un monde ancien basé sur l’intolérance et un état mondial nouveau ouvert sur tous les possibles ? Ducharme est sans doute le premier écrivain québécois à rendre visibles les limites du langage. Ce langage qui traduisait à l’époque notre difficulté à nommer ce que nous étions et notre incapacité à communiquer le sens profond des choses. De plus, l’enfant en quête d’absolu qu’est Bérénice Einberg, l’héroïne de L’Avalée des avalés, représente pour moi tous ces possibles que seul le théâtre peut rendre visibles.

Aborder ce roman, de loin le plus célèbre de Réjean Ducharme, a-t-il présenté pour vous des difficultés particulières ?

L.P. : Le succès qu’a connu le roman L’Avalée des avalés au moment de sa parution aux Éditions Gallimard, il y a cinquante ans, a contribué à édifier l’auteur au rang des légendes littéraires. Il m’a fallu une forte dose de ténacité et de courage pour obtenir la permission de faire entendre la langue forte et explosive de l’héroïne Bérénice Einberg sur une scène. Mais cela me tenait d’autant plus à cœur que ce personnage me hante depuis mon adolescence.

« Ducharme est sans doute le premier écrivain québécois à rendre visibles les limites du langage. »

Dans quelle temporalité avez-vous choisi d’inscrire votre mise en scène ?

L.P. : Les années soixante au Québec ont suivi la période effervescente de ce que nous avons appelé la « Révolution tranquille », qui a séparé le pouvoir religieux du politique et permis l’émancipation d’un peuple étouffé par l’ignorance. Écrasé par la censure qui empêchait toute expression artistique audacieuse. Ce furent des années incroyables où un vent de liberté et d’indépendance soufflait sur le peuple québécois qui a trouvé dans la littérature, la poésie et la chanson, une manière de s’affirmer aux yeux du monde. Il m’apparaissait donc impossible d’extraire le propos de L’Avalée des avalés de l’époque à laquelle le roman a été écrit.

Quel type de jeu appelle la poésie singulière de Réjean Ducharme ? Comment l’avez-vous appréhendée au plateau avec vos trois comédiens ?

L.P. : Pour Bérénice, les mots sont des armes. Les personnages de L’Avalée des avalés doivent donc porter à eux trois la responsabilité d’être les hauts parleurs de l’essence même du roman, dans lequel les mots fusent comme des mitraillettes. C’est pourquoi le principal défi pour les comédiens réside dans l’appropriation de cette langue. Ils ont faim des mots et cela doit créer un sentiment d’urgence sur scène. Le verbe de Ducharme doit également s’incarner dans une chorégraphie des âmes et des corps afin de rendre concrète la poésie. Dans un espace scénographique minimaliste, il s’avère primordial de mettre en scène la démesure, le grandiloquent, le sublime.

 

Propos recueillis par Anaïs Heluin

A propos de l'événement

L’Avalée des avalées
du Vendredi 6 juillet 2018 au Dimanche 29 juillet 2018
Avignon Off. Le Petit Louvre
salle Van Gogh, 23 rue Saint-Agricol, Avignon

à 12h50. Relâche les 11, 18 et 25 juillet. Tel : 04 32 76 02 79.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes