La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

La Vie de Galilée

La Vie de Galilée - Critique sortie Théâtre
Crédit photo : Virginie Salot Légende photo : La troupe du Centre dramatique de La Courneuve dans La Vie de Galilée.

Publié le 10 février 2011 - N° 185

Le Centre dramatique de La Courneuve interprète, sous la direction de Pierre Hoden, la passion de Galilée. Un spectacle un tantinet scolaire, qui a tendance à noyer l’inventivité sous la démonstration.

Le Centre dramatique de La Courneuve a confié la mise en scène de son cinquantième spectacle à Pierre Hoden. Comme tous les ans désormais, les comédiens permanents de la troupe courneuvienne choisissent de se laisser guider par un artiste différent, et invitent des comédiens et des techniciens venus d’horizons divers pour construire ensemble une aventure artistique originale. Cette prise de risque et cette volonté de constant renouveau sont à saluer de la part d’une troupe dont la longévité, l’implication dans le tissu social de leur territoire et l’investissement pour une culture élitaire pour tous ne sont plus à prouver. C’est toujours avec une amicale émotion qu’on retrouve les membres de cet ensemble atypique, surtout lorsque, comme dans ce nouveau spectacle, ils renvoient l’image d’un théâtre soigné en ses effets et exigeant dans le choix de ses textes. A cet égard, La Vie de Galilée, dont la qualité de vulgarisation scientifique n’a d’égale que la profondeur de l’interrogation politique, est toujours passionnante à entendre. « Malheureux le pays qui a besoin de héros ! » répond le vieux savant relégué à Arcetri quand, au soir de sa vie, il se voit reproché par son disciple préféré de n’avoir pas su résister à la bêtise frileuse de l’Inquisition : la réplique claque comme un soufflet sur la joue de notre époque égarée.
 
Une mise en scène qui gagnerait à élaguer ses effets
 
Nombre de thèmes sont abordés par Brecht dans cette pièce, de la liberté de penser et de créer aux difficiles rapports qu’entretient l’intellectuel avec les autres, hommes de pouvoir ou membres de sa propre famille. Les idées crépitent en des formules et des tirades poétiques, politiques, métaphysiques et exaltées ; humour et traits d’esprit animent cette fresque, dans laquelle une cinquantaine de personnages entourent le déchiffreur du message céleste. Pierre Hoden a choisi de confier le rôle de Galilée à trois comédiens, qui s’emparent successivement des trois étapes de sa vie : une jeunesse exaltée par la découverte, une maturité apaisée par le succès et une vieillesse ternie par la solitude et la honte de l’abjuration. L’idée est bonne et efficace et aide à dynamiser le spectacle. Mais celui-ci pèche par excès d’application, multiplication des accessoires et pesanteur de leur manipulation. En choisissant un plateau quasi nu, Pierre Hoden aurait pu faire, davantage qu’il ne l’ose, le pari de la suggestion. Le déplacement répété des torchères, leur allumage un peu longuet, l’ouverture et la fermeture des plans inclinés, le changement incessant des costumes ont certes une utilité pédagogique mais ils ont tendance à alourdir le spectacle par des ajouts illustratifs souvent superflus. Reste que l’ensemble a le mérite de rendre le texte clair, même si la mauvaise acoustique du Centre Jean-Houdremont ne le rend pas toujours audible. La redécouverte de ce texte fort, servi par des comédiens authentiquement engagés à son service, est intéressante.
 
Catherine Robert


La Vie de Galilée, de Bertolt Brecht, mise en scène de Pierre Hoden. Du 19 janvier au 13 février 2011. Mercredi, vendredi et samedi à 20h30 ; jeudi à 19h ; dimanche à 16h30. Centre culturel Jean-Houdremont, place de la Fraternité, 11, avenue du Général Leclerc, 93120 La Courneuve. Réservations au 01 48 36 11 44. Durée : 2h45.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre