La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

La Pierre, de Marius von Mayenburg, mise en scène de Blanche Rérolle

La Pierre, de Marius von Mayenburg, mise en scène de Blanche Rérolle - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de Belleville
La Pierre, mise en scène par Blanche Rérolle au Théâtre de Belleville. Crédit : Jeremy Breut

Théâtre de Belleville

Publié le 19 janvier 2022 - N° 295

Fondatrice en 2020 de la Compagnie Le Temps d’une halte, Blanche Rérolle présente son premier spectacle au Théâtre de Belleville à Paris. A la tête d’un groupe de six comédiennes et comédiens, la jeune metteuse en scène s’empare de La Pierre de Marius von Mayenburg. Un puzzle théâtral qui nous balade, de 1935 à 1993, dans l’histoire secouée de trois familles allemandes.

Un tas de gravier, un mur en pierres brutes, une balançoire, une table de cuisine et ses chaises, un tronc d’arbre, une vieille valise en carton, une desserte à roulettes… L’espace scénique imaginé par la metteuse en scène Blanche Rérolle et sa scénographe Clarisse Delile pour leur représentation de La Pierre est un espace éclaté révélant divers lieux et de multiples localisations. Eclatée, la temporalité de la pièce de Marius von Mayenburg que les deux jeunes artistes investissent jusqu’à la fin du mois de janvier, au Théâtre de Belleville, l’est tout autant. Fidèle aux architectures dramaturgiques instables, polymorphes, fragmentées qui caractérisent une écriture venant dire les déséquilibres de l’intime et les désordres du monde, l’auteur allemand (né à Munich, en 1972) fait surgir, dans cette œuvre éditée chez L’Arche Editeur (créée en France par Bernard Sobel en 2010, au Théâtre national de la Colline), les mouvements entrelacés d’une vaste construction chronologique. De l’Allemagne réunifiée de 1993 à l’Allemagne nazie de 1935, de l’Allemagne vaincue de 1945 aux deux Allemagne de 1953 et 1978, c’est plus d’un demi-siècle de l’histoire germanique qui resurgit ici, tout en convoquant la mémoire de trois familles liées au destin d’une même maison.

Secrets de famille

La Pierre nous présente une grand-mère prénommée Witha (Christabel Desbordes), son époux Wolfgang (Marc Stojanovic, en alternance avec Hugo Tejero), disparu lors de la chute du régime nazi, leur fille Heidrun (Sophie Deforge), leur petite-fille Hannah (Charlie Petit), Mieze (Anne Burger), l’ancienne propriétaire juive de leur maison, ainsi que Stefanie (Garance Morel), une jeune femme ayant grandi dans la même demeure du temps de la RDA. Tous ces personnages se croisent et s’opposent, se mettent en cause, apparaissent et disparaissent à la faveur de scènes courtes et parfois violentes. Des mythologies familiales viennent remplir les zones d’ombre du passé. Des fantômes resurgissent. Engendrant quelques beaux moments de jeu, les interprètes de ce puzzle théâtral donnent vie à un spectacle qui éclaire les contradictions et les paradoxes d’êtres malmenés par des événements qui les dépassent. Bien sûr, il manque un peu d’ampleur à cette première mise en scène qui n’engage que partiellement les forces de l’invisible et de l’imaginaire. Mais l’essentiel est là, dans l’énergie de ces jeunes artistes qui sondent avec envie et générosité les zones troubles de ce que l’on hérite et ce que l’on perpétue.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

La Pierre
du lundi 3 janvier 2022 au lundi 31 janvier 2022
Théâtre de Belleville
94 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris.

Les lundis et mardis à 21h15, les dimanches à 17h. Durée de la représentation : 1h15. Tél. : 01 48 06 72 34. www.theatredebelleville.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre