La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

La Ménagerie de verre de Tennessee Williams, mise en scène par Eric Cénat

La Ménagerie de verre de Tennessee Williams, mise en scène par  Eric Cénat - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de l'Epée de bois
Le Théâtre de l’Imprévu interprète La Ménagerie de verre. Crédit : le Théâtre de l’Imprévu

de Tennessee Williams / mes Eric Cénat

Publié le 22 janvier 2019 - N° 272

Eric Cénat actualise le chef-d’œuvre de Tennessee Williams et réunit des comédiens émouvants et justes autour d’une mère abusive, dont Claire Vidoni interprète avec talent la tranquille abjection.

Exécrable, abusive, perverse, insupportablement bavarde, manipulatrice et castratrice : Amanda Wingfield est sans doute un des personnages les plus odieux de toute l’histoire du théâtre. Son interprétation requiert une énergie considérable et une grande résistance, tant sont palpables le malaise qu’elle fait naître chez les spectateurs et l’envie irrépressible de la gifler au fur et à mesure de ses répliques assassines ! Claire Vidoni assume avec brio le rôle de ce personnage détestable, qu’elle sait aussi rendre émouvant : dans le carcan devenu trop étroit de la robe de bal de sa splendeur fanée, Amanda Wingfield est poignante quand elle se retourne et que l’on découvre qu’elle ne parvient plus à agrafer son corsage, tant ses appâts, jadis appétissants, sont devenus écœurants… Autour d’elle, Laura Segré, Charles Leplomb et Augustin Passard (qui incarne avec talent la veulerie benoîte de Jim O’Connor) sont comme des moucherons face à l’araignée, hypnotisés et pitoyables…

Horreur de la vie et consolation du récit

La scénographie joue sur les effets de transparence, matérialisant l’espace du souvenir et celui du récit à l’aide de voiles, qui sont aussi le moyen de symboliser l’enfermement de Laura, toute entière à sa passion, toute entière à sa folie. Laura Segré réussit à faire évoluer son personnage, l’espoir revenu l’éclairant peu à peu et l’ultime humiliation infligée par Jim semblant la réveiller de sa léthargie dépressive. Le spectacle fait le choix d’un traitement résolument contemporain, dans les costumes, les partis pris scénographiques et l’univers sonore (empruntant à The Cure et à Sonic Youth pour traduire le tumulte intérieur de Laura). Le décor s’insère élégamment dans la petite salle douillette du théâtre de l’Epée de Bois, donnant l’impression d’être au cœur de cette maison désolée où la mère vampire exténue ses enfants à force de vouloir qu’ils réalisent les rêves auxquels elle a depuis longtemps dû renoncer. Enveloppant le tout, la voix off – qui est celle du metteur en scène qui porte ce projet avec une conviction sincère – offre de la profondeur et de la distance à l’interprétation. Posée et sereine, elle semble indiquer que l’on peut se remettre de tout, à condition de pouvoir en faire un jour le récit : même d’une mère abusive, même d’un père absent, même d’une jeunesse gâchée. « Tous les chagrins sont supportables si on en fait une histoire » disait Karen Blixen…

Catherine Robert

A propos de l'événement

La Ménagerie de verre de Tennessee Williams, mis en scène par Eric Cénat
du Lundi 21 janvier 2019 au Samedi 2 février 2019
Théâtre de l'Epée de bois
route du Champ de Manœuvre, 75012 Paris.

Du lundi au vendredi à 20h30 ; samedi à 16h et 20h30. Tél. : 01 48 08 39 74. Tournée jusqu’en novembre 2019. Durée : 1h50.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre