La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Actualité

La dernière saison de François Rancillac au Théâtre de l’Aquarium ?

La dernière saison de François Rancillac au Théâtre de l’Aquarium ? - Critique sortie Théâtre
Crédit : C. Cassard - Théâtre de l'Aquarium

Entretien / François Rancillac

Publié le 18 septembre 2015

Alors que le Théâtre de l’Aquarium s’apprête à fêter son cinquantième anniversaire*, son actuel directeur – François Rancillac – se bat pour poursuivre, jusqu’en 2018, le projet de création et de transmission qu’il mène, depuis six ans, à la Cartoucherie de Vincennes. Une façon de défendre, haut et fort, le principe d’un théâtre de service public à l’avenir incertain…

A l’heure où nous nous entretenons**, êtes-vous en mesure de nous dire si vous quitterez l’Aquarium à la fin de la saison ?

François Rancillac : Pour l’instant, je suis toujours en situation de lutte et de négociation avec la DGCA (ndlr, Direction générale de la création artistique du ministère de la Culture) qui m’a annoncé, en mai dernier, sa volonté de me voir quitter la direction du Théâtre de l’Aquarium en juin 2016. Depuis lors, je me bats pour effectuer une dernière convention de trois ans qui s’achèverait le 31 décembre 2018. Mais à l’heure où je vous parle, malgré une grosse mobilisation du public, des artistes, de la presse…, la DGCA semble toujours travailler sur l’hypothèse de mon départ.

Sur le fond, au-delà de votre situation personnelle, que dénoncez-vous dans l’attitude et la décision de la DGCA ?

F. R. : Je suis arrivé au Théâtre de l’Aquarium en 2009, avec pour mission de poursuivre l’action que le ministère de la Culture avait demandé à mes prédécesseurs de mettre en place : faire du Théâtre de l’Aquarium un théâtre de création, en partageant cet outil avec d’autres compagnies. Mon projet était donc de diriger un théâtre, et pas seulement de m’installer à l’Aquarium pour répéter et présenter mes spectacles. Mon équipe et moi avons réalisé, durant six ans, un gros travail de diversification et de fidélisation des publics, ceci afin de transmettre les joies et les enjeux de la création théâtrale au plus grand nombre. Nous avons lancé un énorme chantier en direction des lycéens, des comédiens amateurs, des élèves des conservatoires d’art dramatique… Nous avons créé du théâtre dans les cafés, dans les appartements, dans les lieux associatifs… Nous avons, en somme, réalisé exactement ce pour quoi j’ai été nommé à la direction de l’Aquarium, c’est-à-dire un travail de service public visant à mettre en relation la création et la transmission. Je pense, d’ailleurs, avoir redonné de l’allant à ce lieu qui, lorsque je l’ai investi, était un peu en perte de vitesse. Voilà pourquoi je trouve aujourd’hui assez violent que l’on me dise au revoir de la sorte.

Que vous permettraient de réaliser trois années supplémentaires ?

F. R. : Elles me permettraient de consolider ce qui a été construit et qui commence à porter ses fruits depuis un ou deux ans. Après 2018, je passerai évidemment la main. Je suis quelqu’un qui a toujours dit qu’il ne fallait pas rester trop longtemps à la tête des maisons de théâtre. Mais, dans la mesure où un projet a réussi à trouver sa place au sein d’un lieu, six ans ne suffisent pas pour vraiment installer dans la durée les résultats obtenus.

« Il faut que ce lieu reste un vrai théâtre. »

Quelles raisons la DGCA invoque-t-elle pour réclamer votre départ ?

F. R. : On me dit que ce que je fais est très bien, mais que je n’ai pas trouvé le bon modèle économique pour l’Aquarium. Le problème est historique, j’en ai hérité. Depuis toujours, l’Aquarium ne dispose pas de suffisamment d’argent pour financer les créations de son directeur. La subvention actuelle sert en effet, à 90 %, à payer l’eau, l’électricité, le loyer et les salaires de notre petite équipe – salaires qui sont gelés depuis des années. Seulement 10 % de notre subvention est ainsi dévolue à l’artistique, part qui est intégralement consacrée à l’accueil d’autres compagnies. Pour être concret, au bout du troisième spectacle accueilli à l’Aquarium, je n’ai plus le moindre euro pour mes propres créations. Je suis donc dans l’obligation d’aller taper à la porte du ministère pour demander de l’aide. Après de nombreux mois d’attente, on finit en général par me donner quelque chose. Ce qui me permet tout juste d’éviter un déficit…

La DGCA vous reproche donc de ne pas parvenir à autofinancer votre travail…

F. R. : C’est ça. Or il n’est pas question pour moi – comme la DGCA me l’a proposé il y a 3 ans – d’accueillir les productions d’anciens directeurs de Centre dramatiques nationaux, richement dotés lorsqu’ils quittent l’institution, en leur imposant des conditions financières qui serviraient à me constituer un fond de production. Je refuse de financer mes créations sur le dos d’autres artistes. Mais je veux dire ici que, malgré toutes ces difficultés, le Théâtre de l’Aquarium s’en sort ! Ses finances sont extrêmement saines, on serre les boulons dans tous les sens, on obtient des aides de la Région, du Rectorat, de l’Institut Français, de l’Association Beaumarchais… Tout cela nous permet de coproduire nos artistes associés et de mettre en place les actions que nous effectuons en direction des publics. Nous avons trouvé des aides pour financer chacune des activités de l’Aquarium.

Reste le problème de vos propres créations…

F. R. : Oui, problème que la DGCA veut résoudre en mettant à ma place un artiste déjà très bien subventionné qui pourrait ainsi travailler à l’Aquarium en s’autofinançant. Je crois que, sur le fond, la DGCA n’a pas envie que l’Aquarium reste un théâtre à part entière. Elle préférerait qu’il redevienne un simple lieu de travail dévolu à un artiste ou un collectif.

Ce qui représenterait la disparition d’un théâtre partagé…

F. R. : En effet. Et c’est ce contre quoi je veux me battre. J’ai écrit – même si la DGCA ne me le demandait pas – un nouveau projet pour les trois années à venir. Ce projet est évidemment en totale cohérence avec ce que je défends depuis six ans. Parce que je crois que la seule manière pour que l’Aquarium vive est qu’on y programme des rendez-vous réguliers avec les publics. Il faut que ce lieu reste un vrai théâtre, un théâtre dans lequel les spectateurs puissent conserver l’habitude de venir et de revenir.

* Du 2 au 8 novembre 2015, à travers un spectacle de François Rancillac avec les élèves de l’ESAD, des colloques, des conférences, des concerts…

** Le 11 septembre 2015.

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Entretien / François Rancillac

Route du Champ de Manoeuvres, 75012 Paris, France
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre