La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

La Critique de l’École des femmes

Une Critique de l’École des femmes facétieuse et résolument contemporaine qui met à bas, l’air de rien, les préjugés sur la condition féminine et le théâtre.

Studio-Théâtre Comédie-Française/ de Molière
mes Clément Hervieu-Léger

Publié le 1 octobre 2012 - N° 202

Une Critique de l’École des femmes facétieuse et résolument contemporaine qui met à bas, l’air de rien, les préjugés sur la condition féminine et le théâtre.

L’École des Femmes qui date de 1662, l’année du mariage de Molière avec Armande Béjart, s’attache à l’idée de l’amour. La pièce a trait à l’éducation sentimentale de la jeune Agnès, séquestrée par son tuteur, un barbon jaloux. D’instinct, la jeune fille se libère grâce à son amant Horace. À l’écoute de l’ingénue, la pièce fait scandale : « Le moyen de chasser ce qui fait du plaisir ? » C’est que le désir impose sa loi. Les détracteurs de Molière, les hypocrites offusqués par tant de désinvolture à l’égard de la convention, lèvent les armes. Molière rétorque haut et fort par une pièce en un acte et en prose, sorte de mise en abyme du théâtre dans le théâtre, La Critique de l’École des femmes. D’un côté, les opposants virulents à la pièce maîtresse, la fausse prude Climène, le Marquis ridicule, l’auteur et rival Lysidas. De l’autre, les défenseurs, Uranie et sa cousine, la perfide Élise qui préfère la provocation en simulant l’équivoque et en se ralliant mensongèrement à l’ennemi, sans oublier le Chevalier Dorante, porte-parole de Molière, portraitiste acerbe de ces combattants de paille, argumentant toutefois pour le seul Lysidas, plus éclairé.

Amateurs de théâtre éclairés

Le bon sens et le naturel du Chevalier s’expriment pour faire taire la polémique, d’autant que la seule règle est de plaire, entre délicatesse pour quelques-uns et complaisance pour le grand nombre. La mise en scène de Clément Hervieu-Léger s’amuse de tout et de rien, à la fois aigre-douce et joyeuse. Les personnages sont remisés dans les coulisses, sortes d’entrepôt de décors, fresques à l’abandon, rideaux de guingois et galerie de bois d’où l’on exprime son opinion en majesté. Le spectateur entre avec plaisir dans la confidence de ces amateurs de théâtre éclairés, dans la cadence d’une comédie éblouissante, une véritable assemblée privilégiée d’intimes qui aime la dispute. Le rôle d’Élise est tenu par Georgia Scalliet – ironie, œil pétillant et gouaille populaire. Quant à Clotilde de Bayser qui incarne Uranie, elle reste sereine et rieuse, sûre de son charme discret car « l’honnêteté des femmes n’est pas dans les grimaces. » Elsa Lepoivre est l’extravagante Climène, façonnière comique et précieuse dans l’âme, au même titre que le Marquis, turlupin ou bouffon, incarné à contre-emploi par le talent de Samuel Labarthe. Reste l’auteur à la gravité cassante et au burlesque sec, dont Christian Hecq en K-Way est un bel échantillon standard, illuminé autant que réaliste. Une troupe savoureuse dirigée à la baguette, avec le brio évident de Loïc Corbery en Dorante et Jérémy Lopez en galopin ahuri.

 

Véronique Hotte

A propos de l'événement

La Critique de l’École des femmes
du Samedi 22 septembre 2012 au Dimanche 28 octobre 2012
Studio-Théâtre de la Comédie-Française
Galerie du Carrousel du Louvre 99, rue de Rivoli 75001 Paris
Studio-Théâtre de la Comédie Française, Galerie du Carrousel du Louvre 99, rue de Rivoli 75001 Paris. Du 22 septembre au 28 octobre 2012, du mardi au samedi 18h30.  Tél : 01 44 58 98 58
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre