La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien

La Cerisaie d’Anton Tchekhov, mise en scène de Tiago Rodrigues

La Cerisaie d’Anton Tchekhov, mise en scène de Tiago Rodrigues - Critique sortie Avignon / 2021 Avignon
L’auteur et metteur en scène portugais Tiago Rodrigues. Crédit : Filipe Ferreira

Entretien / Tiago Rodrigues
Cour d’honneur du Palais des papes / d’Anton Tchekhov / mise en scène Tiago Rodrigues

Publié le 25 juin 2021 - N° 290

Avec La Cerisaie, mise en scène par l’auteur et metteur en scène portugais Tiago Rodrigues dans la Cour d’honneur du Palais des papes, Isabelle Huppert interprète pour la première fois une pièce d’Anton Tchekhov. Un spectacle sur le vertige d’un monde soumis aux forces inexorables du changement.

On vous connaît essentiellement pour avoir mis en scène vos propres textes ou des réécritures très personnelles d’œuvres classiques. Quel projet est à l’origine de cette création de La Cerisaie ?

Tiago Rodrigues : Ce spectacle est né de discussions partagées avec Isabelle Huppert. Au cours de ces conversations nous nous sommes dit que nous aimerions travailler ensemble et que notre collaboration pourrait être l’occasion de nous plonger dans l’œuvre de Tchekhov, ce que ni elle ni moi n’avions jamais fait. Nous nous sommes ainsi mis d’accord sur l’idée de créer La Cerisaie. Bien sûr, je me suis demandé si je devais procéder à une adaptation, si je devais m’inspirer de cette pièce pour écrire quelque chose de nouveau. Mais je suis tellement passionné par Tchekhov que je me suis dit que l’interprétation des acteurs, la mise en scène, le regard des spectateurs, tout ce que l’on pouvait imaginer pour partager ce texte dans la Cour d’honneur, cet été, était une façon de réécrire La Cerisaie sans avoir à interférer avec ses dialogues, sans avoir à en changer le moindre mot. Car Tchekhov est depuis toujours le meilleur ami des acteurs. Il n’a besoin d’aucune intervention extérieure. 

Que pensez-vous qu’Isabelle Huppert va apporter au rôle de Lioubov ?

T.R. : Sa sensibilité humaine, sa lecture de l’art du théâtre et du jeu de comédienne qui font d’elle une immense interprète. Comme je l’ai dit, ce spectacle est né de notre envie commune d’explorer La Cerisaie, mais il ne se résumera bien sûr pas à une vision du personnage de Lioubov. Notre création vise à embrasser tous les aspects du monde que décrit Tchekhov dans sa pièce, à rendre profondément vivant le portrait à la fois tendre et acide de l’humanité qu’il propose. Comme le disait Tchekhov, La Cerisaie est un texte triste qu’il faut jouer avec joie de vivre. Cette œuvre nous raconte une histoire de changements, d’incertitudes face à l’avenir d’un monde qui bascule. Tout ceci crée une forme de vertige, car le monde dont il est question évolue trop vite pour que les corps des personnages aient la capacité d’accompagner cette évolution.

« La Cerisaie est une pièce triste qu’il faut jouer avec joie de vivre. »

Dans quelle mesure la crise sanitaire que nous sommes en train de vivre a-t-elle orienté le regard que vous portez sur ce monde qui bascule d’un avant à un après ?

T.R. : Notre projet de spectacle s’est concrétisé avant même le début de la pandémie. La Cerisaie a la capacité de résonner au sein de toutes sortes de périodes. D’abord parce que chaque époque est incluse dans le regard des spectateurs. Si on joue La Cerisaie en 1947, on parle bien sûr de l’après-guerre et de la société qui est en train de naître. Si on la joue en 2021, inévitablement, le public va lire dans les entrelignes de Tchekhov des choses liées à la pandémie et la post-pandémie. C’est pourquoi je n’ai pas du tout envie de souligner cette question, qui sera d’ailleurs très présente durant le festival, notamment dans notre façon de vivre l’expérience de la scène, l’assemblée humaine que constitue le théâtre. Ce que je souhaite, c’est que l’imagination des spectateurs, la participation créative et critique du public établisse naturellement des liens entre le passé et le présent. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles le théâtre me passionne tant. Parce qu’il nous permet de nous rendre compte que des phrases écrites il y a 100 ans parlaient déjà d’aujourd’hui. Parce qu’il nous offre la possibilité de faire ressusciter ces mots issus d’un autre temps, de les ancrer dans notre présent, de faire disparaître la poussière qui les recouvre grâce au jeu des comédiens.

 

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

La Cerisaie d’Anton Tchekhov
du Lundi 5 juillet 2021 au Samedi 17 juillet 2021

Festival d’Avignon. Cour d’Honneur du Palais des papes

à 22H. Relâche le 7 et 13 juillet. Tél : 04 90 14 14 14. Durée : 2h30.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes