La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Gros Plan

Katia Kabanova aux Bouffes du Nord

Katia Kabanova aux Bouffes du Nord - Critique sortie Classique / Opéra
Crédit : Royaumont Légende : L'intelligence à l’œuvre : André Engel monte Katia Kabanova de Janacek aux Bouffes du Nord.

Publié le 10 janvier 2012 - N° 194

nouvelle production

Une version intimiste de l’opéra de Janacek mise en scène par André Engel, qui fait suite à un travail approfondi mené depuis l’été 2010 auprès de jeunes chanteurs professionnels.

André Engel connaît bien le monde de Leos Janacek, qui sied à merveille à ses mises en scènes où la peinture du quotidien n’empêche jamais le déploiement de l’imaginaire, voire de la féerie. On lui doit récemment une production miraculeuse de La Petite Renarde rusée à l’Opéra Bastille (une captation vidéo d’excellente qualité existe en DVD chez Medici Arts). Katia Kabanova appartient à la même période créatrice du compositeur tchèque (1854-1928), qui, dans la dernière décennie de son existence, composa une œuvre majeure, ouvrant grand les portes d’un art lyrique du xxe siècle. Comme souvent chez le compositeur de Jenufa et de De la maison des morts, le tragique est tout entier contenu dans les relations entre les hommes – entre hommes et femmes, au sein de la fratrie ou d’une génération à l’autre. Dans cette adaptation de L’Orage d’Alexandre Ostrovski, la musique de Janacek scrute au plus près les sentiments des protagonistes, qu’ils soient ou non exprimés. Katia Kabanova y subit le malheur de son mariage sans amour et la tyrannie de sa belle-mère. Cédant un instant à l’illusion du bonheur adultère, elle confesse son infidélité et se jette dans la Volga. Une telle trame, qu’on peut quasiment qualifier de vériste, permet ainsi aux personnages principaux (Katia, sa belle-mère la Kabanicha) et secondaires, tout le champ expressif des émotions.
 
Dans les pas de Peter Brook
 
De ce point de vue, le choix de cette œuvre se révèle excellent pour une production destinée à accompagner les débuts professionnels de jeunes chanteurs. En effet, l’origine de cette production remonte aux séances de travail menées par le metteur en scène à l’Abbaye de Royaumont. « Depuis quelques années, raconte-t-il, j’aime à me retrouver l’été dans le cadre de l’abbaye pour travailler avec un groupe de jeunes chanteurs. Je les sais motivés et demandeurs car la formation des chanteurs ne réserve pas tant de place à la pratique de la scène et à celle du jeu. Mais c’est aussi un échange de bons procédés. Pour moi, c’est l’occasion de travailler sur des œuvres que j’envisage de monter dans un avenir proche [il a mis en scène Katia Kabanova à l’Opéra de Vienne en juin dernier], ou de m’intéresser de plus près à des opéras qui me tentent. Au-delà de l’aspect pédagogique, c’est donc une pratique qui apporte beaucoup aux chanteurs tout en étant d’un intérêt immédiat pour moi ». À l’issue du travail sur Katia Kabanova, enthousiasmé par le résultat et considérant s’être approché « très près d’un spectacle », André Engel a souhaité prolonger l’expérience en la destinant à la scène et au public. Aux Bouffes du Nord, où il a conscience évidemment de mettre ses pas dans ceux de Peter Brook, il retrouve sa distribution de jeunes artistes accompagnés d’un seul piano où se retrouvent cependant les couleurs incomparables de l’orchestre de Janacek. Et Irène Kudelka, chef de chœur adjointe à l’Opéra de Paris et directrice musicale de cette production, a mis au service des chanteurs son expertise en langue tchèque, pour que de la compréhension approfondie du texte naisse l’émotion de la musique.
 
Jean-Guillaume Lebrun


Les 17, 19, 21, 24, 27, 31 janvier, 2 et 4 février à 21h, le 29 janvier à 16h au Théâtre des Bouffes du Nord. Tél. 01 46 07 34 50. Places : 18 à 28 €.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra