La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Jusqu’ici tout va bien

Jusqu’ici tout va bien - Critique sortie Théâtre Paris Le Centquatre
Jusqu’ici tout va bien, du Collectif Le Grand Cerf Bleu. Crédit : Simon Gosselin

Le CENTQUATRE-PARIS / texte et mes Collectif Le Grand Cerf Bleu

Après la création de Non c’est pas ça ! (Treplev Variation) en 2015, les membres du Collectif Le Grand Cerf Bleu présentent leur deuxième spectacle : Jusqu’ici tout va bien. Une comédie grinçante sur les masques sociaux et le rapport à la différence.

C’est Noël. Une famille se retrouve pour le dîner du réveillon. Il y a la grand-mère (Martine Pascal), sa fille et son gendre (Coco Felgeirolles et Serge Avédikian), les enfants de ces derniers (Laureline Le Bris-Cep, Gabriel Tur et Jean-Baptiste Tur) dont l’aîné est venu avec sa nouvelle petite amie (Juliette Prier), et un inconnu (Adrien Guiraud) qui va perturber le déroulement de cette réunion familiale en éclairant une part de vérité intime chez chaque protagoniste. Il y a aussi les membres du public auxquels les uns et les autres s’adressent comme s’ils faisaient partie des invités de la soirée, les accueillant dans leur salon avec force sourires, leur proposant boisson et nourriture. Pas de « quatrième mur », donc, pour ce spectacle participatif qui fait penser, dans un premier temps, à une comédie de café-théâtre. Les blagues fusent, sans forcément faire mouche. Une sorte de flottement (composé) s’installe : on joue de la musique, on raconte des anecdotes, on sort du salon pour disparaître dans la cuisine afin de participer aux préparatifs d’un dîner qui a pris du retard. Puis les choses se tendent, deviennent plus mouvementées, jusqu’à ce que tout le monde finisse, après ces péripéties et controverses, par passer à table.

 Côté salon / côté cuisine

C’est à ce moment-là que le spectacle opère un tête-à-queue à travers un flash-back qui nous ramène au début de la soirée. Le décor fait volte-face. Tout recommence, mais cette fois-ci côté cuisine. Les sourires et les déclarations de circonstance n’ont plus cours. Grand-mère, enfants, petits-enfants continuent d’entrer et de sortir, à sens inverse de ce que l’on a vu précédemment, laissant côté salon les masques sociaux qui les faisaient, jusque-là, participer à un théâtre de faux-semblants. Les personnages prennent de l’épaisseur. Ils dévoilent leurs bleus à l’âme, leurs tourments intérieurs, leurs difficultés à être ce qu’ils sont dans un monde de normes et de préjugés. Plus sombre et plus introspective, cette seconde partie vient justifier les creux de la première, engendrant de beaux instants de profondeur et d’authenticité humaines. Révélés en 2016 par le Prix du public du Festival Impatience, les jeunes fondateurs du Collectif Le Grand Cerf Bleu (Laureline Le Bris-Cep, Gabriel et Jean-Baptiste Tur) signent une deuxième création pleine d’esprit et de fantaisie. Ils poursuivent ainsi leur parcours sur le chemin d’un théâtre du jeu, du sens et de la drôlerie.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Jusqu’ici tout va bien
du Mardi 18 décembre 2018 au Samedi 22 décembre 2018
Le Centquatre
5 rue Curial, 75019 Paris

à 20h. Spectacle vu le 9 novembre 2018 au Centre dramatique national de Nancy Lorraine. Durée de la représentation : 2h20. Tél. : 01 53 35 50 00. www.104.fr


Egalement le 4 décembre 2018 à la Scène conventionnée de Choisy-le-Roi, les 6 et 7 décembre au Théâtre de Vanves, le 11 décembre au Théâtre de Chelles, le 5 avril 2019 à L’Eclat – Théâtre de Pont-Audemer.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre