La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Critique

Inaudible

Inaudible - Critique sortie Danse Paris Centre Georges Pompidou
Crédit : Gregory Batardon Légende : Inaudible de Thomas Hauert.

Centre Georges Pompidou / Chor. Thomas Hauert / IRCAM

Publié le 22 avril 2017 - N° 254

Thomas Hauert travaille sur les tensions entre liberté et contrainte, individu et groupe, ordre et chaos. Depuis la création en 1997 de sa compagnie, Zoo — « Parce ce que nous sommes des animaux et qu’on vient voir les danseurs comme au zoo » — il a créé une vingtaine de spectacles.

Dans sa recherche sur le mouvement, Thomas Hauert se dit fasciné par les relations entre danse et musique. Inaudible, sa dernière création, plonge à fond dans cette relation, allant même jusqu’à inverser la technique dite du « mickeymousing » — un procédé tiré du dessin animé, où la musique accentue le mouvement. Cette matérialisation rend visible la musique et audible la danse. Mais comme l’essence de la danse tient à ce qui n’est pas visible, celle de la musique se situe dans ce qui n’est pas audible… D’où le titre. Le tour de force de Thomas Hauert est de conjuguer le visible et l’invisible, la substance et l’essence dans une seule et même chorégraphie. D’autant plus que les deux musiques choisies, dont les extraits fusent ou s’évanouissent, n’ont aucun rapport entre elles. La première, le Concerto en fa de George Gershwin, est une explosion joyeuse aux lignes claires, la seconde, le Ludus de Morte Regis du compositeur contemporain Mauro Lanza, est une sorte de matière musicale tissée serrée, plutôt dense et complexe, à la sonorité séduisante, composée à partir de voix et de sons de jouets d’enfants.

Un captivant tissu mouvant

Le chorégraphe a trouvé un point d’équilibre surprenant entre les deux, laissant à l’imaginaire des corps le soin de relier ces partitions, et de faire ressortir les lueurs, les improbables points de rencontres, grâce à un vocabulaire riche, et au talent des danseurs. Ceux-ci, en plus d’exceller dans le geste, sont remarquablement justes dans leur expression tout en déjouant constamment les attentes. L’ensemble est hilarant de bout en bout. La gestuelle est aussi virtuose qu’originale et joue du contrepoint avec malice. En effet, chacun des six danseurs incarne un des instruments. Lors des « tutti », attention à la cacophonie qui rendrait l’ensemble… inaudible ! Outre la danse, les danseurs, et la musique, les costumes – entre training vaguement cunninghamien et pyjama –  ainsi que les lumières qui passent du cru au clair obscur ajoutent encore au plaisir du spectateur !

 

Agnès Izrine

A propos de l'événement

Inaudible
du Mercredi 17 mai 2017 au Jeudi 18 mai 2017
Centre Georges Pompidou
Voie Georges Pompidou, 75004 Paris, France

à 20h30. Tél. : 01 44 78 12 33. Durée 1h00. www.centrepompidou.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse