La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Ignatius, des idiots et des fous

Ignatius, des idiots et des fous - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre du Soleil
ignatius CR : R.Buas, Théâtre du Voyageur

Théâtre du Soleil / John Kenndy Toole / mes Chantal Melior

Publié le 29 mai 2014 - N° 221

Tandis que Macbeth se fait une place au Soleil, Ignatius tente de sortir de l’ombre de ses nefs, en diptyque avec un western philosophique intitulé Les Nomades.

Il n’y a pas que le célèbre antre mnouchkinien au Théâtre du Soleil. L’annexe, baptisée « les nefs » par ses hôtes, reçoit souvent des spectacles de qualité. Un certain Jean Bellorini, devenu depuis directeur du TGP, y avait lancé sa version des Misérables, il y a de cela quatre ans seulement. Et on avait pu y voir également un très bon Von Horvath, il y a trois ans, monté par le Taf Théâtre.  La pioche est moins heureuse cette saison avec le Théâtre du Voyage, qui présente un diptyque pourtant alléchant sur le papier. Premier volet : Les Nomades – que nous n’avons pas vu – s’annonce comme un « western philosophique » basé entre autres sur des textes de Nietzsche et Deleuze. Le second était d’allure tout aussi prometteuse puisqu’il repose sur le fameux et unique roman de John Kennedy Toole, La Conjuration des imbéciles. Traduit en dix-huit langues, vendu à un million et demi d’exemplaires, ce torrent noir d’un homme inadapté à la société, qui promène sur elle un regard sans tabou, extra-lucide et ultra drôle, a reçu en 1981 le prix Pulitzer. Un succès bien tardif, car en 1969 son auteur s’est suicidé, persuadé d’être un écrivain raté : son livre avait été partout refusé.

Détestable et drôle

Le titre de la pièce, Ignatius, reprend le nom de l’anti-héros  du roman, qui vit chez sa mère à la Nouvelle-Orléans, sort difficilement de son lit et d’un chagrin d’amour, et déteste autant le travail que les injustices de la société. Sorte de victime d’un système qu’il  méprise autant que celui-ci le rejette, cet inadapté jouit d’une culture et d’un phrasé qui le rendent détestable et drôle, d’une intelligence et d’une morgue souvent à la limite de l’arrogance. Le matériau était donc bien choisi et l’acteur incarnant ce personnage étrange, promenant sa nonchalance et sa fragilité, l’était tout autant. Mais le monologue romanesque Ignatius, des idiots et des fous est entrecoupé de réflexions issues d’auteurs célèbres – Cervantès, Dostoievski ou Nietzsche – qui viennent inutilement  souligner le propos et régulièrement briser la dynamique théâtrale. Une interprétation inégale, une scénographie où l’économie de moyens flirte parfois avec la pauvreté visuelle, des intermèdes cabaret pas toujours réussis et un manque général de ressort dramatique finissent par étirer une histoire qui pourtant ne manquait pas d’allant.

Eric Demey

A propos de l'événement

Ignatius
du Mercredi 28 mai 2014 au Dimanche 15 juin 2014
Théâtre du Soleil
Route du Champ de Manoeuvres, 75012 Paris, France

Les Nomades, du 28 mai au 1er juin et du 11 au 15 juin. Ignatius, du 4 au 8 juin. Intégrale les dimanche 1er et 15 juin. Du mercredi au samedi à 20h. Le dimanche à 15h30. Tél. : 01 45 35 78 37. Duré : 2h.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre