La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

La saison classique en France

Un pianiste découvreur

Un pianiste découvreur - Critique sortie

Toucher raffiné et jeu délicat, le piano de Laurent Wagschal est de ceux qui suggèrent plus qu’ils n’imposent. Fervent défenseur de la musique française pour piano, ce jeune artiste est aussi un chambriste engagé.

D’où vient votre intérêt pour la musique française ?
Laurent Wagschal :
Je l’ai depuis longtemps. C’est une musique dans laquelle je me sens profondément bien. Il y a un esprit français, fait de retenue et de pudeur, loin de l’exubérance des musiques russe ou espagnole, qui correspond à mon tempérament. Pour autant, je n’aime pas que ça ! Je joue régulièrement des œuvres de Mozart, de Chopin ou de Rachmaninov…

Vous défendez aussi des compositeurs méconnus voir tombés dans l’oubli…
L.W. :
Quand on aime la musique française, si on ne veut pas jouer uniquement Debussy, Ravel et Fauré, il faut se pencher sur des compositeurs peu connus. C’est ainsi que j’ai enregistré un disque consacré à Florent Schmitt. J’aime son écriture très brillante, qui a considérablement évolué à travers les années, allant d’un style proche de Fauré jusqu’à une esthétique très moderne. Je prépare à présent un disque dédié à Gabriel Pierné, à paraître chez Timpani.

 « Il y a un esprit français, fait de retenue et de pudeur (…), qui correspond à mon tempérament. »

Vous vous consacrez également beaucoup à la musique de chambre…
L.W. :
Nous faisons un métier où, depuis tout petit, nous passons des heures seuls devant notre piano. La musique de chambre permet de sortir de ce cocon. Pendant mes études au CNSM, j’ai été marqué par deux professeurs de musique de chambre : le pianiste Christian Ivaldi, véritable puits de science sur la musique, et le violoniste Jean Mouilliere, à l’instinct exceptionnel. Quand on est au CNSM, on vit dans un climat de concurrence particulièrement féroce. Le fait de jouer avec d’autres musiciens permet de mieux affronter cela. J’ai ainsi réussi à faire abstraction de ce qui est uniquement pianistique. J’ai toujours beaucoup travaillé avec des instrumentistes à cordes : des violoncellistes (Jérôme Pernoo, Eric-Maria Couturier, Raphaël Perraud…), des violonistes (Nicolas Dautricourt…). Je n’ai jamais voulu créer de formations fixes, car ce que je trouve merveilleux, c’est de changer de partenaires et de confronter ses idées avec différents musiciens.

Parmi vos projets, envisagez-vous de développer des formules de concerts pluri-disciplinaires ?
L.W. :
Oui, j’ai notamment en préparation un projet qui me tient très à coeur avec Alain Carré. Il s’agit d’un concert mêlant musique et textes autour du thème de la nuit où l’on pourra notamment entendre Chopin, Schumann, Liszt, Debussy, Ravel, Poulenc, Bartok accompagnés de Baudelaire, Verlaine, Prévert, Michaux, Hölderlin, Rilke…

Propos recueillis par Antoine Pecqueur

Laurent Wagschal vu par Pierre Korzilius, responsable de l’Auditorium du Musée d’Orsay :

« Personnage réservé et musicien intériorisant son art, il a su être un partenaire apprécié de nombreux interprètes. Plus récemment, son intérêt pour Fauré s’est concrétisé par de magnifiques concerts au musée d’Orsay dans le cadre de l’intégrale Brahms-Fauré. Son intelligence musicale lui permet d’apprécier des compositeurs aussi confidentiels que Cras ou Schmitt, qu’il sert avec un enthousiasme inégalé. »

Sélection discographique :

Nouveauté : Gabriel Fauré, 13 nocturnes, UT3.
Ernest Chausson, Concert pour piano, violon et cordes. Avec le violoniste Nicolas Dautricourt et l’Orchestre d’Auvergne dirigé par Arie van Beek. Calliope.
Florent Schmitt, œuvres pour piano, Saphir productions.
Karol Szymanowski, œuvres pour violon et piano (avec le violoniste Nicolas Dautricourt), Saphir productions.

Sélection concerts  :
– dimanche 14 février 2010 à 15h et vendredi 21 mai 2010 à 12h30 à l’Auditorium du Musée d’Orsay (Saint-Saëns) avec les musiciens de l’Orchestre de Paris
– samedi 6 février 2010 à 20h30 à la Scène Nationale de Sénart : Concerto n°1 de Chopin avec l’Orchestre Köchel 440
– samedi 27 mars 2010 à 18h,  dimanche 28  à 11h, lundi 29 mars et mardi 30 mars à 12h30 à l’Institut Franco-Américain de Rennes : intégrale des sonates de Beethoven pour violon et piano avec Julien Dieudegard.

Site : www.laurentwagschal.com
Contact : laurentwag@wanadoo.fr

 

A propos de l'événement



Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction