La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Le Cirque contemporain en France

Tabac Rouge

Tabac Rouge - Critique sortie
© Richard Haughton Tabac Rouge de James Thiérrée.

Fondation BNP Paribas : 15 ans d’engagement auprès des Arts du Cirque / Mes, scénographie et chor de James Thiérrée

Publié le 11 novembre 2014

James Thiérrée emprunte aux différents arts de la scène pour créer un chorédrame, ainsi qu’il le nomme lui-même. Sans paroles ni texte, l’oeuvre ausculte la condition humaine entre angoisse et poésie.

« C’est l’histoire d’un roi qui joue au metteur en scène. Ou au chorégraphe puisqu’il s’agit d’un bal – un bal de fourmis, sans lustre ni même orchestre. L’histoire de celui qui doit donner les ordres, rester en coulisses, mais dont la présence s’impose en tous les coins et recoins. », dit James Thierrée à propos de Tabac rouge, qui aurait également pu s’appeler Pouvoir gris, selon son créateur, puisqu’il installe en son centre un tyran halluciné et défait, pris dans les affres de son propre reflet, avec, à ses pieds, un peuple rampant de cloportes. La folie ravage la scène et les décors. Quelques vers de Pasolini servent d’exergue au spectacle : « Un enfant se regarde dans un miroir / Son œil rit noir
/ Mécontent, il regarde le revers pour voir
/ Si cette Forme est un corps / Mais il ne voit qu’un mur lisse
/ Ou la toile d’une araignée méchante
/ Sombre, il regarde de nouveau sa Forme
/ Dans le miroir, une lueur sur le verre. »

Entre machinerie baroque et ballet apocalyptique

James Thiérrée est en scène en compagnie de Noémie Ettlin, Anna Calsina Forellad, Namkyung Kim, Matina Kokolaki, Katell Le Brenn, Piergiorgio Milano, Thi Mai Nguyen, Ioulia Plotnikova, Manuel Rodriguez. Au plateau, des échafaudages, des câbles et des miroirs, une catapulte, des perches et des tuyaux pour camper un univers noir qui flirte avec les grandes figures, entre le Roi Lear et Ulysse, tout en les réaménageant à l’intérieur d’un univers de cauchemar, à la fois machinerie baroque et ballet apocalyptique. L’ensemble porte la marque originale de son créateur, qui s’affirme comme un « visiteur » du cirque davantage que comme un pur circassien. Plus sombre que ses précédents spectacles, le dernier opus de James Thiérrée continue à tourner en renouvelant ses interprètes. Mais reste toujours à découvrir l’extraordinaire talent d’un artiste hors normes, sans doute un des plus féconds de sa génération.

Catherine Robert

A propos de l'événement

Tabac Rouge
du mercredi 7 janvier 2015 au samedi 24 janvier 2015

Festival de Sydney, en Australie


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant