La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

SHALL WE DANCE?

Questionner le corps collectif

Questionner le corps collectif - Critique sortie Danse
Crédit : Mathieu Genon Légende : Daniel Favier à La Briqueterie.

La Briqueterie – CDC du Val-de-Marne / Danse et territoire
Entretien / Daniel Favier

Publié le 27 février 2016

Créée par Michel Caserta, La Briqueterie est l’un des Centres de Développement Chorégraphiques historiques. Aujourd’hui sous la houlette de Daniel Favier, il s’oriente vers les coopérations européennes et internationales avec un projet phare, Dancing Museum, et bientôt une artiste associée dans ses murs.

Quelle est la spécificité de la Briqueterie, CDC du Val-de-Marne ?

Daniel Favier : Nous faisons partie des précurseurs avec les Hivernales, Danse à Lille, Art Danse Bourgogne, et Uzès Danse. L’ouverture de La Briqueterie a influé sur le projet ; et notre spécificité est d’être ouverts sur l’international à travers de nombreux temps forts. La collaboration européenne représente un tiers de notre programmation et, pour nous, la coopération est un outil de transformation de notre environnement. Nous avons par exemple mis en place Métamorphose, de 2012 à 2014, qui s’intéressait aux bâtiments réhabilités en Centres d’art consacrés à la danse. (Les Brigittines à Bruxelles, Le Zamek Centrum à Poznan et la Briqueterie). Autre exemple, le projet Migrant Bodies qui s’appuyait sur une coopération territoriale internationale avec Vancouver, Montréal, Bassano del Grappa, Zagreb et la Colombie Britannique. Chaque chorégraphe sélectionné dans son pays d’origine a pu bénéficier de ce réseau, se plonger dans l’histoire de ces cinq territoires afin d’établir un dialogue constructif sur les différences culturelles. Nous l’avons présenté au Festival Trans Amérique à Montréal.

En mars prochain vous accueillez un nouveau projet : Dancing Museums. De quoi s’agit-il ?

D. F. : C’est une sorte d’expérimentation sociale par rapport à la danse. Ce projet vient d’une première initiative appelée B. Project. Des chorégraphes européens étaient invités à créer de nouveaux formats de danse inspirés de l’univers du peintre Jérôme Bosch, dont le 500e anniversaire de la mort est célébré en février 2016. Pour Dancing Museums, cinq chorégraphes – l’Autrichien Juan Dante Murillo, la Française Tatiana Julien, l’Italien Fabio Novembrini, le Néerlandais Connor Schumacher, la Britannique Lucy Suggate – ont été sélectionnés par chacun des centres partenaires, ils séjournent ensemble pendant huit jours dans chaque musée[1] et sont en résidence de quinze jours dans chaque centre de juin 2015 à mai 2017. Les artistes sont accompagnés par des vidéastes et ensemble, ils explorent la relation entre les arts visuels et la danse. Nous avons créé un très joli site internet qui recense ces expériences (http://www.dancingmuseums.com/artefacts.html).

« Définir de nouvelles méthodes pour éveiller l’intérêt du public. »

Pourquoi un tel projet ?

D. F. : Le projet a pour objectif de définir de nouvelles méthodes pour éveiller l’intérêt du public, et d’optimiser les interactions entre les salles de spectacles et les lieux d’expositions. C’est une façon de questionner le corps collectif, d’abolir les frontières entre spectateurs et créateurs.

En êtes-vous les instigateurs ?

D. F. : Nous sommes les porteurs du projet, et nous en sommes fiers. Dancing Museums est un des deux projets à avoir été retenus par le Creative European Programme of the European Union sur près de 500 projets de coopération à petite échelle.

Pourra-t-on en voir le résultat ?

D. F. : Cela donnera lieu à un spectacle participatif de Tatiana Julien, Prière de ne pas détruire, au Louvre le 18 mars. Les cinq artistes travailleront avec un groupe d’amateurs et d’étudiants de l’École du Louvre dans la section médiévale du musée. Il y aura aussi une table ronde au Mac Val le 19 mars intitulée Le Corps collectif. En 2017 aura lieu la conférence de clôture du projet qui portera sur le corps exposé, dans la continuité de ce travail.

On parle beaucoup d’une mesure nouvelle qui associerait à chaque CDC un artiste. De quoi s’agit-il ?

D.F. : Nous avons toujours eu des chorégraphes en résidence. Nous accueillons une soixantaine de compagnies par an, toujours sur la durée. Elles restent environ deux à trois semaines et s’installent dans un studio où elles peuvent laisser leur matériel. Nous n’avons pas encore annoncé l’artiste associé à chaque CDC car le feu vert du ministère tarde à venir. Voilà dix ans que nous demandons des permanences artistiques. Tous les budgets sont calés, les choix des artistes sont faits. Nous avons prévu de nous associer avec Maud Le Pladec pour trois ans.

Pourquoi ce choix ?

D.F. : J’ai vu tout son travail, j’aime beaucoup son énergie nouvelle, ce qu’elle réalise avec la musique. Nous avons beaucoup discuté avec elle quand elle postulait à Nantes. Elle participerait aussi à des projets européens sur deux ou trois ans.

 

Propos recueillis par Agnès Izrine

 

La Briqueterie – CDC du Val-de-Marne, 17 Rue Robert Degert, 94400 Vitry-sur-Seine. Tél. : 01 46 86 17 61. http://www.alabriqueterie.com/fr/

 

Dancing Museums :

Musée du Louvre 75001 Paris. Le vendredi 18 mars de 9 h00 à 21h30 (gratuit)

MAC/ VAL, Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, Place de la Libération, 94400 Vitry-sur-Seine, Tél. : 01 43 91 14 64. Le samedi 19 mars de 14h à 16h : Rencontre internationale (entrée libre) « Corps collectif : Abolir les frontières entre spectateur et créateur ».

[1] Autriche : D.IDS Dance Identity (Pinkafeld), Gemäldegalerie der Akademie der bildenden Künste (Vienne)

Italie : CSC Centro per la Scena Contemporanea (Bassano del Grappa), Museo Civico & Palazzo Sturm (Bassano del Grappa) et Arte Sella (Borgo Valsugana)

Pays-Bas : Dansateliers (Rotterdam), Museum Boijmans Van Beuningen (Rotterdam)

Royaume-Uni : Siobhan Davies Dance (Londres), The National Gallery (Londres)

A propos de l'événement


Palais Royal - Musée du Louvre, 75001 Paris, France
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse