La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

La musique Baroque en France

L’opéra baroque en banlieue

L’opéra baroque en banlieue - Critique sortie
Légende : Concert Haendel la saison dernière au Théâtre de Poissy. Mention : DR

Publié le 10 juillet 2008

L’opéra baroque en banlieue

Sous l’impulsion de son directeur Christian Chorier, le Théâtre de Poissy s’est spécialisé dans la musique ancienne.

Le terminus du Rer A est bien connu des amateurs de musique baroque. En ce début de saison, on a pu encore y apprécier une version enthousiasmante d’un opéra de Haendel : Alcina, avec la grande Joyce Di Donato dans le rôle-titre. Dirigé depuis 1992 par Christian Chorier, le Théâtre de Poissy est sans conteste un temple de la musique ancienne. « La première fois que j’ai vu la salle, j’ai dit au maire : “Vous n’avez pas une salle de théâtre mais une salle de concert, à l’acoustique unique”, se souvient Christian Chorier. J’ai ainsi invité différents orchestres, mais je me suis vite aperçu que la meilleure adéquation se faisait avec les ensembles de musique ancienne. » C’est ainsi que le Théâtre de Poissy va voir défiler le gratin des baroqueux, de Gardiner à Harnoncourt en passant par Jacobs. « Nous avons eu la volonté de donner une spécificité au théâtre, pour se distinguer de nos voisins, Nanterre, Rueil ou Saint-Germain-en-Laye », explique Christian Chorier. La qualité des spectacles données à Poissy est peut-être aussi à chercher dans le cahier des charges imposé par le maître des lieux à ses invités : « J’exige qu’il y ait toujours une répétition générale complète dans le théâtre et non un simple raccord d’une demi-heure ».

Enregistrements discographiques
Christian Chorier n’est pas non plus du genre à acheter des spectacles de tournée. Il entend bien intervenir au niveau des distributions et insiste même pour être sur scène « au moment où les techniciens installent les praticables et les pupitres ». Parmi les moments forts du Théâtre, il y en a un qui est resté dans toutes les mémoires : la production d’Ariodante de Haendel dirigé par Marc Minkowski, avec l’air Scherza infida susurré par Anne Sofie Von Otter. « C’était un orgasme collectif », se rappelle Christian Chorier. Le théâtre accueille également des séances d’enregistrements discographiques, réalisés par Deutsche Gramophon ou Naïve. Christian Chorier espère maintenant avoir des orchestres en résidence, et pense notamment au Cercle de l’harmonie de Jérémie Rohrer. « On a la chance d’avoir une nouvelle génération de chefs au vrai sens du terme », se réjouit celui qui attend la retraite pour s’essayer lui-même à la direction d’orchestre.

A. Pecqueur

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant