La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

La danse dans tous ses états

Chiens et Loups

Chiens et Loups - Critique sortie Danse Toulouse La Place de la Danse – CDCN de Toulouse
Olivia Grandville Crédit : Marc Domage

Entretien Olivia Grandville
CREATION JUIN 2018 / La Place de la Danse – CDCN de Toulouse / Chor. Olivia Grandville / Formation Extensions

Publié le 23 février 2018

Cette création avec les étudiants d’Extensions se fonde sur la richesse des jeux créés par la pulsation, en s’inspirant du chien qui fait vibrer la vielle.

Vous créez Chiens et loups pour la formation Extensions de La Place de la danse, CDCN de Toulouse, de quoi s’agit-il ?

Olivia Grandville : En fait, il ne s’agit ni de chien, ni de loup au sens animal du terme, mais de termes musicaux. Le chien est un petit objet parfois appelé chevalet mobile, un composant essentiel de la vielle à roue à laquelle il donne sa pulsation. Et le loup signale en musique la perturbation, un parasite, une vibration malencontreuse d’un corps sonore. Bien sûr, les autres significations de la locution résonnent aussi, notamment en lien avec mes recherches sur la horde ou la meute.

Qu’est-ce qui vous a donné cette idée ?

O. G. : Quand j’ai rencontré les étudiants de la formation Extensions, je travaillais sur ma pièce À l’Ouest, dont l’idée de départ était la pulsation. C’est par l’intermédiaire du musicien Moondog, auquel je m’intéressais, que j’ai rencontré Alexis Degrenier, percussionniste et vielliste. Ce dernier a travaillé avec de très nombreux groupes, dont celui de Moondog. Dans Chiens et Loups, il joue de la vielle, et s’appuie sur cette idée de pulsation, de rythme cardiaque. Il utilise aussi la boîte à bourdon, qui est aussi reliée à une pulsation, donnée par ce fameux chien qui frotte les cordes. Le rythme initie une forme circulaire, pouvant s’apparenter à une forme rituelle et cosmogonique.

« J’avais envie de me confronter à une pulsation de battement de cœur. »

La musique est donc le déclencheur de cette création ?

O. G. : La musique n’est jamais pour moi un point de départ, mais j’avais envie de me confronter à une pulsation de battement de cœur. Les étudiants sont ravis. De plus, cette musique a une connotation danse et musique traditionnelles. Ce n’est pas ainsi que la joue Alexis, mais cette dimension est présente malgré tout.

Comment avez-vous choisi les étudiants ?

O. G. : Je n’ai pas choisi, je les ai tous pris. C’est un pari car le temps de création est très restreint. Ce sont des étudiants aux personnalités très singulières, issus de différentes disciplines artistiques et de milieux sociaux diversifiés. Ils ont une multitude d’envies. Ils ont l’expérience du travail avec des chorégraphes et font facilement des propositions personnelles. Nous allons commencer par explorer cette idée de meute et de horde. Pour explorer la dimension de danse traditionnelle et de rituel, il est agréable de travailler avec une dizaine de danseurs. Je crois aussi que face au monde actuel, on a envie de faire bloc, de faire masse, de faire communauté.

Propos recueillis par Agnès Izrine

A propos de l'événement

Chiens et Loups
du Jeudi 14 juin 2018 au Samedi 16 juin 2018
La Place de la Danse – CDCN de Toulouse
5 avenue Étienne Billières, 31300 Toulouse

à 19h. Tél : 05 61 59 98 78.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse