La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien / Laurent Natrella

Handball, le hasard merveilleux / Après une si longue nuit

Handball, le hasard merveilleux / Après une si longue nuit - Critique sortie Avignon / 2017 Avignon Avignon Off. Théâtre du Rempart
Crédit photo : DR Légende : Le comédien et metteur en scène Laurent Natrella.

Théâtre du Rempart / de Jean-Christophe Dollé / mes Laurent Natrella
Théâtre du Roi René / de Michèle Laurence / mes Laurent Natrella

Publié le 25 juin 2017 - N° 256

On connaît Laurent Natrella comme comédien. Mais le 514ème Sociétaire de la Comédie-Française est aussi metteur en scène. Il signe deux créations cette année dans le Off. 

Faites-vous des liens entre les deux spectacles que vous mettez en scène à Avignon ?

Laurent Natrella : Oui, il y a un lien évident. Si je devais le définir, je me servirais de cette citation d’Albert Camus : « Notre tâche d’homme est de trouver les quelques formules qui apaiseront l’angoisse infinie des âmes libres. Nous avons à recoudre ce qui est déchiré, à rendre la justice imaginable dans un monde si évidemment injuste, le bonheur significatif pour des peuples empoisonnés par le malheur du siècle… » C’est à cette tâche surhumaine que les personnages des deux pièces s’attèlent. Après une si longue nuit, de Michèle Laurence, est une ode à la famille humaine, un contrepoint absolu au renoncement et à la désespérance. Quant à Handball, le hasard merveilleux, cette pièce part d’une rencontre entre l’auteur Jean-Christophe Dollé et la comédienne Brigitte Guedj. Cette dernière avait une histoire à raconter. Une histoire faite d’émotions, de hasards et de rencontres improbables, avec en toile de fond l’histoire de l’Algérie…

On vous connaît avant tout en tant que comédien. Que représente, pour vous, le passage à la mise en scène ?

L. N. : Quand je suis comédien, je m’applique à saisir la subjectivité de mon personnage et à la défendre. Quand je suis metteur en scène, je fais en sorte que les différentes subjectivités en présence sur le plateau prennent place dans mon point de vue et racontent l’histoire telle que je choisis de la raconter. A partir de cela je cherche la ligne la plus simple pour faire surgir le sens le plus profond de l’histoire que je veux porter.

« Je cherche la ligne la plus simple pour faire surgir le sens le plus profond de l’histoire que je veux porter. »

Il y a 25 ans, vous étiez dans le In avec Un Pli. Cette année, vous créez dans le Off. Quel regard portez-vous sur les oppositions qui placent parfois ces deux festivals dos à dos ?

L. N. : J’aime penser les différences dans l’idée de complémentarité plutôt que d’opposition. Les conditions de création dans le In et le Off ne sont pas comparables. C’est un exploit incroyable de réussir à faire un spectacle de qualité dans le Off. Et pourtant, beaucoup de compagnies réussissent cet exploit. C’est la magie d’Avignon. Le public navigue aujourd’hui de plus en plus entre ces deux festivals. S’il y a fracture, lui n’en a que faire. Il se comporte en voyageur curieux. Il franchit les frontières. Moi-même, j’éprouve énormément de plaisir à fréquenter la Cour d’honneur après avoir découvert une perle rare dans une des petites salles du Off.

 

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Handball, le hasard merveilleux / Après une si longue nuit
du Vendredi 7 juillet 2017 au Dimanche 30 juillet 2017
Avignon Off. Théâtre du Rempart
56 Rue Rempart Saint-Lazare, 84000 Avignon, France

(Handball, le hasard merveilleux). Du 7 au 30 juillet 2017 à 16h10. Tél. : 04 90 85 37 48 ou 09 81 00 37 48.


Théâtre du Roi René, 4 bis rue Grivolas (Après une si longue nuit). Du 7 au 30 juillet 2017 à 20h30. Tél. : 04 90 82 24 35.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes