Classique / Opéra - Agenda

Grand Prix lycéen des compositeurs 2018

Baptiste Trotignon, lauréat 2017, parmi les lycéens © Didier Plowy

Journée spéciale à Radio France / 15 mars

Le nom du lauréat sera dévoilé le jeudi 15 mars à la Maison de la Radio au cours d’une journée conviviale, mêlant débats, pique-nique et concerts.

Après avoir étudié de près les six œuvres en lice, les quelque trois mille élèves participant au Grand Prix Lycéen des Compositeurs ont voté. Avant de découvrir qui succèdera à Baptiste Trotignon, récompensé l’an dernier, les classes qui auront fait le déplacement jusqu’à Paris profiteront d’un dernier moment d’échange avec les six compositeurs, réunis pour un débat sur la scène du Studio 104 de la Maison de la Radio. « Participer à cette journée, c’est la cerise sur le gâteau, s’enthousiasme Maryline Rousseau, professeure agrégée de musique au lycée Saint-Joseph de Château-Thierry. Elle permet de mettre un visage sur la musique qu’ils ont étudiée. C’est peut-être même le moment le plus important car cela boucle plusieurs mois de travail ». Pour beaucoup, surtout ceux qui viennent de territoires en marge des grandes métropoles culturelles, ce sont les premiers pas dans une salle de concert. C’est aussi souvent une première rencontre avec l’orchestre, avec cette année la création de Hiatus et turbulences de Baptiste Trotignon. « C’est le moment où tout s’éclaire, souligne Maryline Rousseau. D’ailleurs, les élèves qui reviennent l’année suivante comprennent beaucoup mieux les choses. D’être tous ensemble pour écouter une œuvre écrite pour eux, cela dynamise et valorise leur choix ».

Jean-Guillaume Lebrun

ENTRETIEN / BENOÎT DUTEURTRE
Depuis 2013, l’association Musique nouvelle en liberté a pris en main l’organisation du Grand Prix Lycéen des Compositeurs. Son directeur – et co-fondateur, en 1991, avec le compositeur Marcel Landowski – y voit l’occasion de poursuivre son travail de mise en valeur de la musique d’aujourd’hui auprès du public le plus large.

Quels étaient les objectifs au début de cette aventure ?

Benoît Duteurtre : Au départ, il y a surtout une très bonne idée de Michèle Worms, la fondatrice de La Lettre du musicien, qui en créant ce prix voulait rendre plus visible la musique contemporaine, dans un pays où pour beaucoup cette notion même n’existe pas. Musique nouvelle en liberté s’est associée à la démarche pour financer l’œuvre commandée au lauréat – qui est en quelque sorte la « commande des lycéens ».

Comment la sélection des œuvres présentées aux élèves est-elle établie ?

B. D. : La première étape consiste à répertorier tous les disques monographiques de compositeurs français ou vivant en France parus au cours de l’année. À partir de là, le comité de sélection, qui réunit des musiciens, des journalistes et une enseignante, choisit six œuvres, en fonction de leurs qualités propres bien sûr, mais en ayant aussi à l’esprit la diversité des esthétiques et des formats. Nous choisissons les extraits avec les compositeurs ; il faut qu’ils se sentent vraiment représentés.

« Nous agissons pour apporter la musique dans les territoires où elle est trop peu présente. »

Le vote des lycéens est-il davantage un vote du cœur ou de la raison ?

B. D.: Je ne suis pas contre l’idée d’un vote spontané. Debussy lui-même disait que la musique doit procurer une jouissance immédiate. Mais notre rôle est de donner aux élèves la possibilité de comprendre, d’analyser des musiques même a priori moins accessibles. C’est pourquoi il est important de leur faire écouter différentes propositions musicales d’aujourd’hui.

L’ambition est-elle de faire de ces élèves les auditeurs de demain ?

B. D.: Pour certains, la participation aux Grand Prix peut être une étincelle mais il faut aller au-delà. Nous essayons par exemple de faire suivre les rencontres dans les lycées par l’invitation des élèves à des concerts. Nous agissons pour apporter la musique dans les territoires où elle est trop peu présente.

Propos recueillis par Jean-Guillaume Lebrun

A propos de l'événement

Journée spéciale à Radio France
du Jeudi 15 mars 2018 au Jeudi 15 mars 2018
Auditorium de la Maison de la Radio
la Maison de la Radio à partir de 10h.

À 20h, concert de l’Orchestre philharmonique de Radio France (œuvres de Baptiste Trotignon, Kalevi Aho et Dvořák) réservé aux jeunes de moins de 28 ans. Tél. : 01 56 40 15 16.


A lire aussi sur La Terrasse

Classique / Opéra - Entretien / Michaël Levinas

le chant, au-delà du son

Compositeur invité de la Biennale Musiques en [...]

le chant, au-delà du son : En savoir plus

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction