La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Jazz / Musiques - Entretien CHANSON / L’EUROPEEN

GILBERT LAFFAILLE REPREND LA PLUME

GILBERT LAFFAILLE REPREND LA PLUME - Critique sortie Jazz / Musiques Paris L’Européen
© Michel Lidvac

NOUVEL ALBUM "Le Jour et la Nuit"

Publié le 24 octobre 2013 - N° 214

Témoin malicieux du temps qui passe comme il passe et du monde qui va comme il va, Gilbert Laffaille n’avait plus signé d’album de nouvelles chansons depuis près de 15 ans. Dans son nouvel opus, « Le Jour et la Nuit », on le retrouve à la fois intact et changé, égal à lui-même dans son art élégant et sensible d’une chanson qui n’est pas sans rappeler l’univers de Philippe Delerm, mais aussi méditatif, blessé et grandi par la vie et ses coups durs, faisant écho par la profondeur de l’inspiration à Christian Bobin. Une série de concerts parisiens scelle ces retrouvailles.

Ce disque est celui d’un retour après un très long silence…
Gilbert Laffaille :
Disons qu’il y a eu un ensemble de choses qui se sont accumulées dans ma vie à un certain moment : la maladie de mon épouse, son décès, puis mes propres soucis de santé, sans parler d’un certain pessimisme concernant la place consentie à la chanson française en France aujourd’hui. Un jour un déclic s’est produit et j’ai eu l’envie d’écrire un disque pour tous ceux qui m’avaient témoigné de l ‘amitié durant ces années.

« Je me suis peu à peu tourné vers les thèmes de la vie »

Le disque s’ouvre sur une magnifique chanson d’amour qui est aussi une chanson sur l’absence et le manque de l’autre. Feriez-vous vôtre la phrase de Nietzsche « Tout ce qui ne nous détruit pas nous rend plus fort » ?
G. L. :
La phrase de Nietzsche est très juste. Si l’on pouvait reprendre sa vie au tout début avec l’expérience acquise ! Je crois que j’ai le même regard sur les autres, peut-être plus indulgent et moins tranché, c’est surtout moi qui ai changé. Sans culpabiliser, ce qui arrive fréquemment après un deuil, j’ai essayé de m’améliorer et de ne pas refaire les mêmes erreurs que par le passé. J’ai également pris un peu de distance vis-à-vis de mon métier, de ses enjeux, et dédramatisé la scène : vivre des choses difficiles m’a permis de relativiser, je suis devenu plus serein. Je n’éprouve plus le besoin de plaire à tout prix. Mais je ne cherche pas à déplaire non plus ! Je crois que j’assume mieux ce que je fais.

On ne peut pas dire que ce disque soit sombre mais il est empreint d’une certaine gravité. La fibre « humoristique » qui fait partie de votre identité artistique a un peu disparu… Pourquoi?

G. L. : C’est vrai, cette envie s’est éloignée. En même temps le genre de la chanson humoristique a un peu disparu lui aussi : Ricet Barrier, Pierre Vassiliu, les Frères Jacques, Francis Blanche, Boby Lapointe, Bourvil… Tous ces artistes étaient des poètes à leur manière. Aujourd’hui les « comiques » sont partout, omniprésents, il faut donc se différencier. Cela n’empêche pas d’essayer de glisser ici ou là un peu d’esprit, un sourire…

On retrouve aussi dans cet album votre conscience écologique et une ouverture sur le monde. Par exemple dans  « Just like you », qui surprend par ailleurs sur le plan musical car c’est un reggae !
G. L. :
Dans mes premiers albums j’évoquais souvent la société par le biais de chansons ironiques, caustiques, humoristiques, et puis avec le temps l’envie de sourire des problèmes de société s’en est allée et je me suis peu à peu tourné vers les thèmes de la vie. Le Président et l’Eléphant  a été un grand succès, je n’allais pas pour autant écrire une chanson sur chaque président de la République ! Mais je ne renie aucune des chansons de cette veine et je les chante d’ailleurs toujours sur scène.

Propos recueillis par Jean-Luc Caradec.

A propos de l'événement

GILBERT LAFFAILLE
du Dimanche 17 novembre 2013 au Mardi 19 novembre 2013
L’Européen
5 rue Biot 75017 Paris
Le 17 novembre à 17h et les 18 et 19 à 20h30. Tél. 01 43 87 29 89. Places : 25 €.
Avec Nathalie Fortin (piano), Jack Ada (guitares), Jean My Truong (batterie), Olivier Moret (contrebasse).
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques