La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -265-SPEDIDAM

Voix d’avenir

Voix d’avenir - Critique sortie Jazz / Musiques
© Jérémy Bruyère

Entretien / Ellinoa

Publié le 24 avril 2018 - N° 265

Vocaliste, compositrice et leader: la jeune Ellinoa, alias Camille Durand, n’a peur de rien et semble bien décidée à s’ouvrir de larges horizons musicaux. Issue du Centre des Musiques Didier Lockwood à Dammarie-Les-Lys, où elle est aujourd’hui enseignante, elle est protagoniste du projet  « Theorem of Joy » de  Thomas Julienne, et aussi surtout du Wanderlust Orchestra, son grand ensemble de 15 musiciens à la configuration instrumentale originale, dont elle  a composé tout le répertoire.

Le premier album du Wanderlust Orchestra vient se sortir. Que représente pour vous ce projet ?

Ellinoa : Cet orchestre, avec ses 15 musiciens, est un terrain de jeu sans limite pour la compositrice que je suis, et un sacré défi pour la « leadeuse » ! Pour la chanteuse, c’est l’occasion de m’exprimer sous une forme qui me tient à cœur : ma voix est utilisée comme un instrument intégré au son de l’orchestre, et improvise au même titre qu’un instrumentiste… J’ai eu envie de fonder mon propre orchestre, qui ajouterait à la viscéralité du jazz d’aujourd’hui et à ses libertés d’improvisation une très grande palette de textures sonores. Il ne restait plus qu’à trouver un fil rouge pour guider ce nouveau projet : partir de mots intraduisibles pour écrire les pièces est une manière d’associer un imaginaire visuel, presque cinématographique, à la musique, tant pour les musiciens qui l’interprètent que pour le public. L’écriture symphonique est un autre de mes grands rêves…

Avez-vous des modèles dans votre métier de musicienne ?

E. : En musique et ailleurs, je suis particulièrement touchée par ces artistes qu’on reconnaît dès la première note, image ou phrase, mais qui n’hésitent pas tout au long de leur carrière à repousser leurs limites et à aller là où on ne les attend pas forcément. Je pense à des personnalités comme Björk, artiste complète, ou à Stravinsky, incroyable innovateur incompris à son époque.

Votre parcours de formation, puis de pédagogue, est très marqué par le Centre des Musiques Didier Lockwood à Dammarie-Les-Lys…

E. : Didier était l’âme de l’école ! Le CMDL est un endroit fabuleux. Sa pédagogie est vraiment intéressante, marquée entre autre par un travail approfondi sur le rythme et le groove. C’est aussi là que se lient des amitiés et complicités musicales qui seront le point de départ de nos carrières à venir. C’est un vrai plaisir d’y revenir en tant qu’intervenante.

 

Propos recueillis par Jean-Luc Caradec

A propos de l'événement



Prochains concerts : le 1er juin à Montreuil (93) et le 7 juillet au Saveur Jazz Festival de Segré


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques