La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -293-Les Hivernales du Festival d’Anjou

Un virage esthétique ambitieux, rencontre avec Jean Robert-Charrier

Un virage esthétique ambitieux, rencontre avec Jean Robert-Charrier - Critique sortie  Angers Grand Théâtre d’Angers
© Jérôme Lobato – Légende : Jean Robert-Charrier, directeur artistique des Hivernales du Festival d’Anjou.

Propos recueillis

Publié le 22 octobre 2021 - N° 293

Il a impulsé une nouvelle ligne artistique au Festival d’Anjou. Jean Robert-Charrier affirme la même volonté de changement pour les Hivernales.

« Les Hivernales du Festival d’Anjou sont nées, en 2018, de la volonté du maire d’Angers de prolonger ce festival au-delà des mois d’été. Il a alors demandé à Nicolas Briançon, à l’époque directeur artistique du festival, de prendre en charge la programmation théâtrale du Grand Théâtre d’Angers durant le reste de l’année. Évidemment, à cause de la crise sanitaire, les Hivernales ont dû être annulées l’année dernière. Cette édition 2021-2022 est donc, pour moi, une première. D’une certaine façon, j’envisage cette nouvelle aventure un peu comme celle que j’ai vécue lorsque je suis devenu, en 2008, directeur du Théâtre de la Porte Saint-Martin. J’arrive dans un univers fortement marqué par l’esthétique du théâtre privé, univers que j’ai envie de faire évoluer vers d’autres territoires artistiques, vers d’autres propositions. Aux Hivernales, comme au Festival d’Anjou ou au Théâtre de la Porte Saint-Martin, je souhaite faire découvrir des créations à la fois exigeantes et accessibles, des créations qui mettent en jeu des réflexions ambitieuses sur la forme.

Des créations exigeantes et populaires

Mon projet est d’amener les publics des Hivernales et du Festival d’Anjou — qui ne sont pas les mêmes publics que ceux du Quai, le Centre dramatique national des Pays de la Loire — à s’ouvrir à d’autres mondes de théâtre, d’autres possibilités esthétiques et scénographiques. Pour ma première édition, j’ai choisi de programmer huit seuls-en-scène. Des seuls-en-scène très différents les uns des autres qui investissent, pour la plupart, des écritures contemporaines. Car il est pour moi très important de promouvoir les textes qui s’écrivent aujourd’hui. Pour commencer cette édition 2021-2022, j’ai voulu mettre en avant deux binômes d’artistes. Ainsi, au mois d’octobre, Benjamin Guillard et Emmanuel Noblet se sont mis en scène l’un l’autre dans Le Discours de Fabrice Caro et Réparer les vivants de Maylis de Kerangal. Camille Chamoux et Vincent Dedienne vont faire de même en novembre avec Le Temps de vivre et Un soir de gala. Puis, de décembre à mars, suivront de très belles interprétations de Nicole Garcia, Denis Podalydès et Philippe Caubère. »

 

Propos recueillis par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Les Hivernales du Festival d’Anjou
Grand Théâtre d’Angers
Place du Ralliement, 49100 Angers.

Tél. : 02 41 88 14 14.


www.leshivernalesdufestivaldanjou.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant