La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -178-peniche

UN MARIAGE À TROIS

UN MARIAGE À TROIS - Critique sortie Classique / Opéra
Photo : La Péniche amarrée dans un village de Seine-et-Marne. DR

Publié le 10 mai 2010

Dans le cadre de sa résidence, la Péniche Opéra est associée à la ville de Fontainebleau et au département de Seine-et-Marne.

Mireille Larroche n’est pas une inconnue à Fontainebleau. Cela fait une dizaine d’années que la directrice de La Péniche Opéra propose, dans le joli théâtre à l’italienne de cette ville, des spectacles créés au bassin de la Villette. Mais les choses ont pris de l’ampleur, il y a un an, lorsqu’a été signée une convention de trois ans avec la mairie de Fontainebleau et le conseil général de Seine-et-Marne, embarquant la Péniche Opéra dans une double résidence. A Fontainebleau, outre la programmation d’opéras dans le théâtre, de nombreuses actions de sensibilisation sont menées dans les collèges ou dans les écoles de musique. « Il est absurde de penser que le lyrique ne concerne qu’une catégorie socio-professionnelle élevée, observe Hélène Maggiori, adjointe au Maire en charge de la culture. J’aime d’ailleurs beaucoup le concept qu’a développé la Péniche, qui propose des opéras à domicile, directement chez les gens. » « Pour la saison prochaine, nous comptons intervenir dans les maisons de retraite, les bibliothèques et même directement dans les cafés », se réjouit pour sa part Mireille Larroche. Plus de 70 000 euros sont attribués chaque année par la Ville de Fontainebleau à la Péniche Opéra.
 
Enthousiasme des musiciens amateurs
 
Dans le département, la démarche de la Péniche Opéra semble à première vue très bucolique. Le bateau navigue d’un village à l’autre pour y proposer des spectacles, mêlant musiciens professionnels et amateurs locaux autour du thème de l’eau. Un scientifique vient même apporter la « bonne parole », développant les questions si actuelles de développement durable. Ces actions créent une agitation bienvenue dans ces villages parfois un peu endormis. « La Seine-et-Marne est le plus grand département d’Ile-de-France, mais nous manquons de grands outils culturels et avons trop peu d’artistes en résidence, regrette Jean-Claude Perrot, directeur des affaires culturelles au Conseil général de Seine-et-Marne. C’est donc avec grand plaisir que nous accueillons le projet de la Péniche Opéra, qui allie travail territorial et artistique. » Mireille Larroche apprécie de son côté la belle vitalité des pratiques amateurs dans ce département : « Nous avons souvent été en résidence, mais je n’ai jamais vu un tel enthousiasme, une telle volonté dans les chœurs, les harmonies… Au final, il y a un vrai mélange des générations. » Le département apporte une aide annuelle de 24 000 euros, sans compter le soutien à la création pour des programmes spécifiques. Point d’orgue de cette première année de résidence, la journée du 6 juin au Château de Fontainebleau verra défiler treize écoles de musique du département associées aux artistes de la Péniche. Quant à la saison prochaine, articulée cette fois-ci autour du thème de la forêt, elle s’annonce particulièrement riche, avec notamment une création d’Edith Canat de Chizy. « La résidence de la Péniche Opéra n’aurait pas été possible sans les subventions conjointes de la ville et du département », affirment les deux allocateurs, pourtant politiquement opposés – la ville étant à droite et le Conseil général à gauche. Un exemple à méditer alors que la réforme territoriale menée par le gouvernement risque de diminuer drastiquement les possibilités de soutien à la culture par les collectivités locales.
 
Antoine Pecqueur

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra