La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -145-Ondif

Trois questions à Julie David, responsable des actions éducatives et culturelles de l’O.N.D.I.F.

Trois questions à Julie David, responsable des actions éducatives et
culturelles de l’O.N.D.I.F. - Critique sortie Classique / Opéra

Publié le 10 juin 2007

Comment s’articulent les actions jeune public de l’Orchestre ? Julie David : Pour chaque programme de l’O.N.D.I.F., nous proposons plusieurs actions pédagogiques. […]

Comment s’articulent les actions jeune public de l’Orchestre ?

Julie David : Pour chaque programme de l’O.N.D.I.F., nous proposons
plusieurs actions pédagogiques. Les enfants sont soit en situation pratique,
participant à de véritables ateliers, soit en séances d’écoute, pour des
présentations de concerts. Par exemple, pour L’Oiseau de feu, nous avons
réalisé un spectacle avec une classe, mais nous avons aussi, dans d’autres
écoles, préparé les enfants au concert, en invitant notamment des danseurs. Par
ailleurs, il y a des projets de ch?ur dont le but est de faire chanter plus de
deux cents élèves avec l’Orchestre. Nous avons ainsi des actions différenciées
pour des publics différents.

Quelle est votre politique en direction des banlieues dites difficiles ?

J. D. : Nous essayons de faire réagir de la même façon des élèves du 93
ou du 94. Mais évidemment, dans certains lieux, c’est parfois éprouvant. Et
c’est peut-être d’autant plus beau quand on voit la réaction enthousiaste
d’enfants qui n?ont pas accès à la culture. Nos actions sont des expériences et
non des concerts. Elles dépendent ainsi beaucoup de la motivation des enfants.
Mais une chose est sûre : à travers ces rencontres, les plus jeunes deviennent
responsables. En cela, il s’agit un peu d’une initiation à la citoyenneté.

Quel est l’engagement de l’Education nationale pour ce type de projets ?

J. D. : Dans leur majorité, les projets sont favorablement accueillis par
l’Education nationale. Il y a néanmoins des contraintes de fonctionnement. Le
système n?est jamais très souple ! Quant à la motivation, elle dépend de chaque
enseignant. Mais il faut saluer le fait que certains s’adressent directement à
l’Orchestre pour pouvoir accueillir des actions. En outre, l’idée de ces projets
est également d’amener les parents, qui suivent leurs enfants, au concert.

Propos recueillis par Antoine Pecqueur

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra